Bienvenue !
Bienvenue dans l'univers de Fairy Tail !





 
Bienvenue sur Fairy Tail Mangas ♥️ Le forum a 6 ans d'existence.
N'oubliez pas de voter toutes les 2h ♥️
Bientôt le grand nettoyage ! Un petit recensement s'impose ! Un mois pour réagir ♥️

Entre deux choppes de bière... [PV Yoruichi]

Rang D GH
P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
avatar
Messages : 55
Date d'inscription : 29/09/2014
Age : 24

Personnage
Magie/Armes:
Rp en cours:
0/0  (0/0)
Expériences:
35/450  (35/450)
Lun 8 Mai - 17:04

Spoiler:
 


Exploration à Oak Acte I – Au fond, quel est le vrai but de mes pérégrinations ?

A la recherche d'informations... On finit par tomber sur quelqu'un d'inattendu

  Une nouvelle fois, le maître m'avait largué au milieu de nulle part. Cette petite peste m'avait confié une nouvelle mission, me faisant clairement comprendre que si elle me prenait à dériver de nouveau pour mon intérêt personnel, elle saurait me punir comme je le méritais. Peuh. Elle devait bien se douter que la seule raison de ma présence dans cette guilde illégale était d'utiliser leurs ressources pour trouver le plus vite possible le moyen de contrôler le pouvoir qui s'emparait peu à peu de moi. Mais qu'importe, pour une fois, j'avais décidé d'être sage. Le maître m'avait confié une tâche relativement simple ; selon elle, il existait dans une ville nommée Oak une cave secrète qui permettait d'avoir accès aux archives d'une ancienne guilde vaincue par Fairy Tail dans le passé. Une guilde qui n'avait rien d'exceptionnel, mais qui toutefois avait rassemblé des éléments très intéressants dans ses rangs auxquels il convenait de s'intéresser. Il devait bien y avoir quelque part des noms, des données, quelque chose qui était exploitable pour accroître nos forces. Dans les faits, elle ne savait pas ce qu'elle m'envoyait chercher, elle me confiait juste la responsabilité de prendre contact avec un informateur local – celui là j'espérais sincèrement pour sa vie qu'il avait des choses intéressantes à raconter – et de mettre la main sur le contenu de cette cave, quel qu'il soit.  Pas ce qu'il y avait de plus précis somme toute... Pour la peine, elle allait devoir attendre un peu. Ras le bol de servir de larbin pour des missions sans intérêt. J'allais faire un petit tour et voir s'il n'y avait rien d'intéressant, des ouvrages ou de vieux monuments qui pourraient m'en apprendre plus sur le démon qui m'avait marqué de son sceau.

Je me trouvais sur un chemin de terre, qui rejoignait la ville au cœur des montagnes, et je pouvais la voir depuis la colline où le vaisseau m'avait déposé. Par chance, nous disposions de technologies magiques qui dissimulaient notre base au regard du monde, évitant ainsi d'attirer les regards sur ma présence. Je n'étais pas encore très connu, mais mieux valait que j'évite de me faire repérer au contact d'une guilde illégale, tout membre que j'en fus. La ville en elle-même était construite à flanc de colline, parcourue de végétation qui côtoyait les bâtisses qui s'élevaient face aux montagnes et à la rivière qui y serpentait, que l'on pouvait distinguer au loin à travers les reflets du soleil. Aucun bruit de panique à l'horizon. Tout était parfait pour que je passe une bonne partie de mon temps à flâner. Avec l'espoir que cette ville ne soit pas qu'un ramassis de pécores sans rien à m'apprendre. J'accélérais alors le pas en direction de l'entrée de la citadelle, guettant la présence de gardes. Ceux-ci ne manquaient pas comme dans toute ville digne de ce nom, mais ils n'étaient pas aussi nombreux que j'aurais pu le craindre. Non pas que j'eusse à cet instant l'intention de faire des dégâts, mais je préférais assurer mes arrières des fois que l'une des rares personnes à m'avoir aperçu passe par là et attire l'attention en venant vers moi. Je me devais d'agir comme un citoyen modèle et garder pour moi mes insultes et mes envies de meurtres.  Je passais donc l'entrée de la ville, sous le regard de ces fonctionnaires en armure qui prirent le temps d'inspecter ma tenue avant de me laisser passer avec un air méfiant. Faut dire qu'ils avaient de quoi l'être quand on voyait ce qu'avait fait Fairy Tail comme grabuge avec sa vendetta. Je me contentais d'hausser les épaules innocemment, passant mon chemin sans demander mon reste, avant de laisser mon regard se perdre dans les allées qui m'étaient directement accessibles. Je distinguais une place au bout de l'une de ces voies où il semblait y avoir beaucoup de monde, peut être un peu trop populaire à mon goût. Le second chemin faisait s'enfonçait dans les artères les plus profondes de la ville, tandis que le dernier, central, conduisait aux zones les plus élevées de la colline, notamment au château qui avait été rebâti, ce château qui autrefois hébergeait la guilde légale Phantom Lord. Depuis elle avait été dissoute et le lieu servait probablement d'habitation à un quelconque gouverneur local ou bien à une nouvelle guilde, mais le fait que je n'en ai pas entendu parler voudrait dire qu'elle était insignifiante.

Toujours était-il que s'il devait y avoir une cave secrète quelque part dans cette ville liée à ses anciens locataires, le lieu où j'avais le plus de chance d'en savoir plus était de ce côté-là. J'empruntais donc la voie ascendante, non sans chercher à écouter au maximum les conversations tout autour de moi. Je distinguais des bribes de conversations futiles, de blagues pas vraiment drôles sur l'ancienne guilde locale, et quantité d'informations inutiles sur les prochains marchés ou le choix d'activités pour l'après-midi, passant rapidement mon chemin d'un air dédaigneux. Dieu que le quotidien était d'un ennui ! Il n'y avait rien de consistant, rien qui puisse faire travailler mes méninges, même pas un semblant de scandale sur lequel enquêter ! Je manquais de frapper l'un d'entre eux qui me bouscula tout en continuant son inutile diatribe sur le travail difficile dans la journée, mais parvint à me retenir en pensant à la nécessité que j'avais de faire preuve de discrétion dans ma mission. Difficilement, après avoir abandonné l'idée d'entendre la moindre information intéressante dans ces quartiers, j'atteignis le palais qui avait attiré mon regard. Depuis le sol, celui-ci semblait dépasser la crête nuageuse, au point que l'on s'aveuglait de la lumière solaire en tentant d'observer son sommet. La construction en elle-même était tout à fait classique, bien que très pompeuse. Pour une guilde légale, ces locaux paraissaient relativement extravagants, mais ce n'était pas la première fois que je me faisais la réflexion... Tous ces crétins réfléchissaient de la même manière, plus le bâtiment était grand, plus ils paraissaient puissants. Tss... Si je ne trouvais rien qui puisse m'intéresser, il était clair que j'allais tuer quelques personnes pour me défouler. Ras la casquette de me déplacer pour rien.

Je poussai péniblement les grandes portes de bois qui permettaient aux visiteurs d'accéder au grand hall qui accueillait autrefois les fêtes de la guilde, constant que sur ce point, l'usage du lieu n'avait pas changé. Il s'y tenait toujours un bar, plein à craquer. L'on y entendait des rires gras, des insultes fuser, des bagarres démarrer, et la pièce en elle-même respirait l'alcool et les conversations de basse facture. Je retins un haut le cœur devant un tel spectacle de décrépitude humaine, et m'avançais à pas lents vers le comptoir, prenant l'une des places encore libres avant de tirer mon masque pour demander au serveur qui s'affairait à la préparation de plusieurs boissons :


« Qu'est-ce que vous avez à servir comme alcools pas trop forts ? Je n'ai pas énormément de joyaux sur moi mais je dois bien avoir de quoi payer ça. »

L'homme, de grande taille et aux épaules larges me contempla un instant, comme pour juger de ma tenue qui se différenciait clairement du reste de la foule, puis à ma main dans laquelle j'avais sorti quelques joyaux, et hocha la tête sans me consulter avant de me servir une simple choppe de bière. Le grand classique. Bien que vu la fatigue que cette mission me collait, je n'étais pas contre un rafraîchissement quel qu'il fût. Je le remerciai en lui tendant la somme qu'il me demandait pour la boisson et portai la choppe à mes lèvres afin de boire quelques gorgées du liquide ambré. Celle-ci était plutôt douce, et en même temps, on pouvait distinguer quelques notes amères qui prenaient la place du reste des saveurs lorsque l'on laissait le temps à ces dernières d'imprégner nos papilles gustatives. Le serveur m'expliqua en voyant ma mine étonnée que le secret de la bière locale était un miel poussant uniquement dans les parages qu'ils ajoutaient au reste de la boisson au moment où l'on faisait fermenter les graines à l'origine de la bière. J'hochai la tête, bien que l'artisanat local ne constituait pas mon domaine de prédilection, et cherchai du regard les potentielles zones que je pouvais tenter d'observer.  Ce fut alors que je remarquai une silhoutette encapuchonnée seule à une table. Contrairement au reste des clients, cette dernière se contentait de boire régulièrement des gorgées de sa boissons, sans participer à la joie ambiante. Me faufilant parmi la foule, je poussai quelques alcooliques, avant de m'attabler face à ce mystérieux individu :

« vous acceptez les invités à votre table ? »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rang S CM
P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
avatar
Messages : 286
Date d'inscription : 10/03/2015

Personnage
Magie/Armes:
Rp en cours:
0/0  (0/0)
Expériences:
260/10000  (260/10000)
Mar 16 Mai - 15:05

Les heures ennuyeuses s'enchainaient sous les yeux de la mage du Conseil métisse, demandée à droite et à gauche pour toutes sortes de tâches. Elle en serait presque à regretter les périodes de creux. On venait quérir ses conseils pour telle ou telle mission, à croire qu'elle était la seule à se soucier des affaires courantes du royaume. De plus, les événements sombres des derniers temps la préoccupèrent énormément, les réunions avec les vieux s'intensifiaient. La mage en avait presque les yeux explosés, à force d'être obligée de rester pendant de longues heures au-dessus de cette lumière bleue à débattre avec ses collègues sur les démarches à faire. En effet, une certaine réorganisation devait être faite et cela partait du point le plus insignifiant au plus important et intransigeant. Particulièrement, si les retraités se passaient le mot pour être en désaccord total avec la jeune femme, pour un rien, ce qui avait tendance à l'exaspérer.

Ressortant de l'une des réunions extraordinaires où Yoruichi ne put en placer une sans que la bande de schnock lui saute au cou. Excédée, elle s'enferma dans son bureau pendant un moment aux fins d'être tranquille, de reprendre son calmement. Sinon cela risquerait de faire barouf monstre, provoquant des tensions dont le Conseil n'avait guère besoin. Institution instable et remis en question depuis un bout de temps dû aux circonstances manifestes. La mage s'interrogeait sur ses véritables objectifs au sein du Conseil Magique, était-elle vraiment à sa place parmi un groupe de mages grabataires désireux de la contredire ? Pas qu'elle n'avait pas d'autres chats personnels à fouetter. Elle travaillait pour eux sur le terrain, leur offrant des informations qu'ils auraient de manière plus infondées. Toutefois, elle n'était pas leur petit toutou auquel ils appelaient dans les situations, qui les arrangeaient.

Sous le coup d'une profonde colère et culpabilité, elle se mit dans une colère telle que des ouvrages et autres objets volèrent au travers de la pièce. Chose que n'avait jamais fait la demoiselle depuis si longtemps. Ce comportement si torturé ne lui correspondait pas, elle si enjouée, vive d'esprit et joyeuse, parfois néanmoins il surgissait dans les périodes où la pression était trop grande pour ses fines épaules de féline. Au bout de quelques minutes, elle décida de sortir en trombe de la tour du Conseil magique, son souhait était de s'éloigner un temps de cette institution plus ou moins corrompus de préjugés pour réfléchir sur elle-même.

Ainsi, elle se volatilisa d'Era sous un soleil de plomb, se dirigeant vers une ville nouvelle qu'elle pourrait amplement visiter. Sa destination fut Oak, une ville assez riche du Nord, autant dire que la température serait plus froide qu'à la capitale magique. Raison pour laquelle malgré son caprice de voyager seule, elle emporta une manteau surmontée d'une capuche, au moins, on éviterait de la reconnaître du premier coup d'oeil. Elle vagabonda sous différents paysages verdoyants, elle traversa une grande forêt de pins et d’épicéa. Yoruichi plus apaisée par sa promenade fortuite, grimpa à un arbre afin de monter jusqu'à sa cime, désireuse de contempler le panorama d'une certaine hauteur. Comme elle s'y attendait, la beauté de l'horizon la submergea agréablement, restant assise un long moment au sommet. Dans ce genre d'instant, elle était consciente plus que tout que les humains n'étaient que des créatures impuissantes face à la nature et ses charmes.

Finalement, elle descendit de son perchoir de façon agile et légère, se retrouvant après quelques minutes de marches au contour de la ville. Elle y entra en quête d'un bar où elle pourrait se désaltérée, mettant sa capuche pour qu'on ne l'embête pas. Elle pénétra dans le premier pub dont l'enseigne lui donna envie d'entrer, elle s'attabla dans un coin isolé de la pièce, montrant par la même occasion qu'elle ne voulait pas être dérangée. Heureusement, le barman osa chercher sa commande d'une voix bourrue, consommation qu'elle but avec lenteur. Admirant les habitués de ce bar, les joueurs de cartes, les ivrognes fredonnant des chansons paillardes, mais elle s'en détourna rapidement. Une voix masculine mais assez mélodieuse l'accosta, rivant la tête vers la personne concernée qui s'invitait clairement à se joindre à elle.

Yoruichi réprima un sourire sous sa capuche à la silhouette familière du jeune homme, rencontré lors d'un combat de grande ampleur. Elle le reconnu de suite avec ses habits décontractés et sa chevelure de jais, elle lui fit signe de la main de prendre un siège à sa table.

- Pourquoi pas tant que vous n'êtes pas un de ses ivrognes notoires.






Cadeaux :3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rang D GH
P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
avatar
Messages : 55
Date d'inscription : 29/09/2014
Age : 24

Personnage
Magie/Armes:
Rp en cours:
0/0  (0/0)
Expériences:
35/450  (35/450)
Sam 17 Juin - 22:44

Spoiler:
 


Exploration à Oak Acte II – Baston de bar

A la recherche d'informations... On finit par tomber sur quelqu'un d'inattendu

  Quelle ne fut pas ma surprise de rencontrer en un tel endroit l'une des rares personnes dont j'avais fait la connaissance sans la supprimer ou complètement l'occulter de ma mémoire ! C'était même tout le contraire. Et lorsque je reconnus les yeux félins de la jeune femme qui avait combattu à mes côtés dans ce conflit auquel je m'étais retrouvé mêlé bien malgré moi. Nous y avions affronté de nombreux démons, et j'étais passé complètement à côté de mon objectif initial de faire main basse sur la bibliothèque de la ville d'Era où siégeait le Conseil Magique. M'enfin, mes dernières pérégrinations n'avaient pas été beaucoup plus concluantes, aussi je n'étais pas vraiment d'humeur à faire des recherches pour moi-même, j'allais juste faire cette mission et rentrer sans demander mon reste. Et je devais avouer que là, la présence de cette femme venait de changer complètement mes plans. J'avais été fasciné par sa force et son pouvoir, par son apparence des plus agréables, et je n'avais pu m'enlever de la tête l'idée qu'il fallait que j'en sache plus sur elle. Mais j'avais dû partir avant d'avoir pu lui poser la moindre question, aussi, je m'étais juré que je la retrouverais histoire d'échanger un peu avec elle afin de dresser le plus parfait des profils de cette demoiselle qui attirait mon regard bien malgré moi. Un appétit insatiable, un désir, mêlé de pensées inavouables et d'un réel intérêt scientifique. Immoral dirait-on, mais dans mon cas, c'était le sentiment qui pouvait le plus se rapprocher de ce que l'on appelait « amour ». Lorsqu'elle accepta que je partage sa table, je souris naïvement derrière mon masque, prenant place face à elle sans rien commander. Nul besoin de boisson pour discuter avec une belle femme, les mots étaient bien plus intéressants, il fallait que j'entende sa voix, oui...

«  Le genre de visage qu'on oublie pas... Pardonnez mon audace, mais une dame d'une telle beauté reste bien malgré nous en image dans notre esprit. Enfin je m'égare dans une litanie de compliments, puis-je avoir l'indiscrétion de vous demander ce qui vous a conduit dans cette région ?  »

Ma question était tout ce qu'il y a de plus sincère. Je m'étonnais moi-même d'ailleurs d'un tel enclin à parler à quelqu'un alors que j'avais une mission à accomplir. Mais là, je voulais qu'elle me parle, j'étais même prêt à lui rendre un service, à l'aider à accomplir ce qui l'avait amené dans un trou pareil !  Soudain, un rot bruyant non loin de là me fit déglutir intérieurement tandis que le responsable de ce désagréable partage sonore et olfactile se redressait en hurlant d'une voix nasillarde, tenant sa choppe en bois à l'envers :

«  Ma coupe est vide, baaaaarman ! V'voudriez pas que ça finisse mal pour vot' bar heiiin ? Alors une bière allez fissa !  »

Je manquai de déglutir une seconde fois en voyant l'espèce de colosse abruti qui hurlait à plein poumons en menaçant clairement le personnel local. Tous autour de lui baissèrent la tête, comme par habitude de le voir agir ainsi, et un serveur à peine adolescent lui apportant une nouvelle choppe en tremblotant, déposant un fût près de la table de l'ivrogne qui éjecta ensuite le pauvre hère une fois son bien récupéré, en engloutissant rapidement le gobelet, frappant un grand coup au sommet de la barrique d'alcool afin de se resservir. Et son regard mauvais intimait clairement à quiconque oserait le regarder de travers qu'il était le boss par ici. Je n'avais aucune intention de m'en mêler, il fallait que je demeure discret, mais apparemment musclor en avait décidé autrement lorsqu'il nous interpella de sa voix insupportable :

«  Hé vous là, les deux encapuchonnés, v'savez pas qu'il est interdit de s'cacher ici ? Pas d'clandestins dans ma ville... Hips !  »

Il posa brutalement sa choppe, se levant pour se diriger vers notre table, suivi par deux brutes épaisses légèrement moins équipées en la matière que leur leader, mais tout aussi repoussants. L'odeur d'alcool rance qui se dégageait du trio me fit avoir des hauts-le-coeur, mais je gardai contenance, guettant une réaction de la jeune femme qui partageait avec moi cette table, décidant alors de me lever et de jouer mon va-tout. Je murmurai rapidement à l'intention de mon alliée :

«  Bien, il semblerait que le service d'hôtellerie local ne soit pas des plus amicaux. Je vais les distraire, profitez-vous pour vous échapper dans les ruelles en face du bar, il y a sûrement de quoi faire. Je serai derrière vous, ne vous en faites pas.  »

Ce fut à cet instant que le goret s'approcha de notre tablée, frappant un grand coup sur le meuble en bois qui craquela avant de se séparer en deux morceaux sous le poids de l'attaque de cette brute. J'avais reculé pour éviter de recevoir des copeaux de bois, et m'étais alors redressé, regardant droit dans les yeux cette espèce de sasquatch qui nous faisait face, ouvrant alors ma veste, et défaisant mon masque, dévoilant les marques noires de mon corps, qui le parcouraient tout le long de mon torse, et remontaient dans mon cou jusqu'à former deux lignes sur mon visage, s'arrêtant sur la ligne de mes yeux bleutés. J'eus un sourire devant les regards choqués de l'assistance, et en profitait pour poser mon poing au sol, créant une sorte de vaste zone d'ombre sous les pieds des trois gaillards, qui se retrouvèrent entravés, s'enfonçant comme dans des sables mouvants. Je n'allais pas pouvoir les retenir ainsi très longtemps, aussi j'écrasai ma chaise dans la tête du plus gros, qui accusa le choc, et pris la main de ma partenaire improvisée, frustré une fois de plus qu'un moment en sa compagnie soit gâché par des péripéties que j'aurais apprécié éviter. Sous le regard médusé des spectateurs qui se contentaient de rester à leur place en buvant leur bière, je franchis la porte, et m'engouffrai dans une ruelle, tentant de semer au plus vite les trois lascars. Une allée, puis une autre, encore une autre... Et alors que je pensais que nous allions bientôt leur échapper, nous tombâmes face à un mur. Oui, je m'étais engagé dans une impasse. Et nos poursuivants n'avaient pas tardé à retrouver notre trace puisque le constat fait nous vîmes qu'ils étaient derrière nous et nous tenaient.

«  Alors, v'faites moins les malins hein, saleté de monstres ! Toi là, tu vas finir vite fait en descente de lit pour m'avoir cherché, et ta copine, on se chargera bien d'elle une fois qu'on lui aura cassé chaque bras ! Au boulot les gars !   »

J'esquissai un sourire alors qu'ils avaient accéléré le pas pour s'en prendre à nous. Tout s'était passé comme prévu. Bien que je n'eusse pas prévu la présence d'une impasse, celle-ci nous donnait par la suite l'occasion de les laisser définitivement derrière nous. L'un d'eux se pencha et s'apprêta à me frapper de son poing, mais je ne lui laissai pas cette occasion et l'écrasai contre le mur sur sa droite en utilisant l'ombre de celui-ci comme une tapette à grosse mouche un peu trop collante. Celui-ci neutralisé, je me laissai rouler sur le sol, me retrouvant face à lui, je pris le contrôle de son corps grâce à l'ombre de celui-ci, y mêlant la mienne en sautant sur son dos afin de l'utiliser comme une monture que je balançai à toute vitesse contre le chef de la troupe qui esquiva, laissant choir son camarade que je relâchai avant de finir avec lui contre la façade d'un bâtiment. Ce fut alors que le troisième tenta de m'étrangler en me serrant très fort contre lui, je sentis que mes os n'allaient pas tenir, mais ils n'auraient pas besoin de forcer. Je pris la forme d'une ombre pour devenir un instant intangible, et transformai l'ombre de mon bras en une lame que j'utilisai pour découper la tenue de mon assaillant, frôlant intentionnellement sa gorge en ne l'entaillant qu'à peine. Celui-ci n'eut que le temps de se rendre compte qu'il était à moitié nu et que sa gorge saignait légèrement. Je me tins prêt à agir dans le cas où il repasserait à l'attaque, mais il prit ses jambes à son cou sans chercher à répliquer. Je repris alors mon souffle, me tournant vers la jeune femme, à qui j'avais épargné une bien ingrate bataille.

«  Je vous prie de m'excuser pour cet épanchement de violence, surtout envers de pareils marauds. Dans de telles circonstances, je suggère que nous conversions dans un endroit bien plus calme, qu'en dites-vous ?..  »







Dernière édition par Heaven Spirit le Dim 10 Déc - 11:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rang S CM
P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
avatar
Messages : 286
Date d'inscription : 10/03/2015

Personnage
Magie/Armes:
Rp en cours:
0/0  (0/0)
Expériences:
260/10000  (260/10000)
Jeu 2 Nov - 11:30

L'homme masqué et à la capuche pourpre sembla se réjouir que la jeune femme du Conseil ait accepté de bonne grâce son invitation, pourquoi refuser alors qu'ils avaient fais équipe lors de la dernière guerre contre Zeleph. Sans que son opinion sur son ancien partenaire soit réellement déterminé, son aide dans la ville d'Era lui avait laissé une bonne impression. Se décalant de quelques centimètres, l'inconnu s'assit avec sa bière à la main, il entama la discussion de la plus courtoise des façons tout en y glissant une forte intrigue. Yoruichi hocha la tête aux compliments, bien que ces flatteries ne l'atteignirent pas dans son narcissisme forgée au fil des années, aucune raison qu'elle se voile la face sur ses talents et qualités. Non l'humilité et la demoiselle faisaient deux, elle ne put s'empêcher de rire aux éclats face à cet intérêt soudain pour ces activités. Elle n'avait rien à lui cacher sachant que ses affaires ne concernaient pas directement le Conseil Magique , ainsi que ses missions. Conservant cette expression de légèreté et de mystère, minauda une réponse évasive :

- Pour excuser cette indiscrétion, il faudrait que vous vous présentiez, cependant, je serais impolie de vous refouler. Je suis venue pour me ressourcer de mes responsabilités le temps de quelques jours, qui sait vivre une aventure, et vous ?

Posant ses coudes sur la table, le regard figé sur le masque de son interlocuteur comme si elle pouvait déceler les traits de son visage. Pour la deuxième fois, où ils se croisaient, elle avait eu le droit à un visage dissimulé, tel un assassin attendant son heure. Heureusement, elle n'était pas du genre à s'offusquer pour si peu, sinon elle l'aurait ignoré, et puis elle savait se défendre si jamais il tentait quoique ce soit. La mage aurait juste apprécié qu'après le fait qu'ils aient participé en cohésion lors d'une affrontement à mort face à une horde démons assoiffés de sang, le jeune inconnu lui fasse un minimum confiance et assez de cran pour dévoiler son minois. Sa petite pique verbale servait à lui faire appréhender qu'elle attendait aussi quelque chose en contrepartie de combler sa curiosité mal placée, elle n'avait pourtant pas grand espoir d'être satisfaite.

Un son des plus vulgaires mais peu étonnant dans cet établissement, sortit de bon cœur du gosier saoul d'un des clients attablés à plusieurs mètres. Yoruichi ne réagit même pas à cet ambiance qu'engendra le coupable de cette impolitesse, ce dernier chercha à imposer sa loi face au barman, quémandant une énième fois sa pitance quotidienne. L'ivrogne ne manquait cruellement pas de culot, jurant comme un charretier en agitant violemment les mains à l'encontre des serveuses apeurées par d'éventuels coups. Son petit manège de tyran alcoolique agaça rapidement la demoiselle, notamment que l'homme bien en chair était prêt à passer à tabac les personnes osant lui résister. Il serait malvenu qu'elle intervienne pour l'instant, même si son instinct ruminait de l'attraper par le col pour l'envoyer vers l'au-dela, quel affreux et ragoutant personnage. La jeune femme ne put s'empêcher de serrer le poing à l'idée de l'écraser sur sa figure, afin qu'il se rend compte de son erreur de se prétendre pour un meneur et un chef.

Justement, le destin acquiesça à la volonté de l'hybride chat, l'énervement de la brute se tourna vers son compagnon de beuverie improvisé et elle d'un timbre de voix, se voulant autoritaire et menaçant. Excellente initiative, elle le laisserait s'approcher avant de l'attaquer et les neutraliser comme si elle sait si bien le faire, les humiliant par la même occasion. Pensait-ils, lui et ses chiens de gardes, avoir la moindre chance de la soumettre à son désir, au contraire, elle les dominerait sans aucun remord. Néanmoins, son partenaire décida de jouer son paon, se relevant dans la détermination d'affronter ces mufles. Le chef de bande ne le voyait pas du même œil, car de son poing il explosa la table, le but étant sans doute de les impressionner tous deux par sa force surhumaine. La féline s'extirpa sans difficulté des débris du mobilier fusant dans toutes les directions, arquant un sourcil mi-amusé, mi-agacé qu'on veuille la soumettre par un simple tour de bras. Intriguée par la prochaine action de son compagnon, ce dernier ôta sa capuche pour faire visualiser à tous que des lignes noires longeaient son anatomie, qu'essayait-il de faire au juste ? A se demander s'ils ne tentaient pas de la séduire par tous les moyens factices, elle devrait sans doute leur dire que cela ne fonctionne pas ainsi. Elle préférait de loin charmer la gente masculine, que de subir l'inverse, les mâles étaient trop brouillon et disgracieux dans leur geste.

Soudain une flaque de pétrole fit son apparition autour des trois gaillards, l'effet de cette surface ténébreuse consistait à les aspirer comme le sable mouvant attirait ses victimes vers une mort certaine. Le bras de Yoruichi fut capturer par son acolyte, qui l'entraîna au-dehors du pub pour l'encourager à courir au détour de plusieurs couloirs pavé. Derrière eux, elle pouvait ouïr à l'aide de ses oreilles animales, que le trio auparavant prisonniers les poursuivaient furieusement, bien déterminés à leur faire payer cet avilissement. Finalement leur course déboucha sur un cul-de-sac, à croire qu'elle n'était pas la seule à connaître la ville, la demoiselle ainsi déduisit que son frère d'arme n'habitait pas le coin, il y était présent pour une autre raison. Oui en effet, elle avait eu le temps de se faire ce petit raisonnement dans la tête, tandis que son partenaire cherchait un moyen d'outrepasser ce mur. Conservant son silence depuis le début du conflit, elle ne lui donna pas la bonne îdée de s'accrocher à elle afin de s'enfuir dans les airs, ce serait trop facile à son goût, elle souhaitait vraiment s'amuser. Et puis qu'est-ce qu'une bande de primates mal-léchés face à une armada de démons déchiqueteurs et amateurs de chaire humaine, pas question qu'elle coupe à une bagarre de comptoir.

Leurs assaillants mécontents finirent enfin par les atteindre, leur chef rageait et crachait des menaces à leurs encontre, cela en aurait été presque romantique sortant de la bouche de cet homme. Yoruichi s'avança pour signifier qu'elle n'attendait qu'à se battre, mais une nouvelle fois, elle se fit devancer par le jeune homme à la chevelure brune, glissant sur ces cibles à l'aide de ses ombres tel un serpent. Il réussit à les neutraliser sans la moindre escarmouches usant d'acrobatie et de malice pour retourner la situation à son avantage et dénudé le dernier combattant qui détalait comme un lapin. L'hybride accoudée contre l'impasse croisa les bras, s'étant mise à l'écart pour observer le minois dissimulé encore sous sa cornette, déçue de ne pas contribuer à un instant de divertissement. Exprimant un air dubitatif aux excuses de son interlocuteur, y ajoutant une invitation à converser dans un endroit plus tranquille, boudeuse envers celui qui lui avait privé de potentiels jouets. Pourquoi pas partir de son côté pour lui démontrer que faire le chevalier servant n'était pas la meilleure façon de l'aborder, toutefois, elle lui offrit une chance de se racheter en trouvant une activité relaxante et amusante.

- Je vous l'accorde, seulement si vous vous rattrapez en me procurant un moment plaisant que j'aurais pu obtenir en contribuant à cette bagatelle. Dit-elle en retirant sa capuche avec une lueur dans son regard ambré et dilaté.






Cadeaux :3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rang D GH
P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
avatar
Messages : 55
Date d'inscription : 29/09/2014
Age : 24

Personnage
Magie/Armes:
Rp en cours:
0/0  (0/0)
Expériences:
35/450  (35/450)
Dim 26 Nov - 20:46

Exploration à Oak Acte III – Les ruines au clair de lune
Quand un scientifique se met à explorer de nouvelles sensations...


De ma courte vie d’homme, je n’avais jamais connu ce que c’était que de passer du temps, cordial ou non, auprès d’une femme.  En dehors d’une amourette de jeunesse qui avait beaucoup fait rire mes parents quand j’étais plus jeune, et dont les conséquences m’avaient amené à refuser de vivre à nouveau toute relation de couple, les liens sociaux étaient bien un domaine où j’étais un parfait abruti.  Ce qu’il fallait faire  à un rendez-vous ? Les mots à avoir pour une femme ? Tout cela n’était rien d’autre que des fadaises dont je me passais bien jusque là. Sauf qu’avec cette femme, il y avait quelque chose de particulier. Pour la première fois depuis bien longtemps, j’étais incapable de définir la raison qui me poussait à la suivre de près et à vouloir la connaître. Au début,  j’avais pensé que c’était sa souplesse et ses techniques de combat qui m’avaient amené à lui porter un intérêt, je voulais connaître d’où venait son allure féline, mais peu à peu, j’avais compris qu’il s’agissait d’une motivation tout autre… Pour la première fois j’avais envie de connaître une femme sans chercher à la disséquer, sans lui porter un regard de scientifique. Et de voir qu’elle était visiblement déçue de ne pas avoir pu se battre également venait de me porter un sacré coup. Moi qui pensais qu’en jouant les héros devant elle je pourrais gagner son intérêt réciproque… Ou tout du moins obtenir un remerciement sincère de sa part. Visiblement, je m'étais planté sur toute la ligne. Elle n'était pas le genre de femme à apprécier qu'on soit gentleman avec elle, elle était plutôt du genre à prendre les devants et à décider elle-même du déroulement des évènements.  Légèrement penaud devant cet échec, je pris mon courage à deux mains, rassuré qu'elle me laisse une chance de rattraper ce début de journée catastrophique.

«  Et bien hum... Si j'ai pu vous vexer d'une quelconque manière en rossant ces bandits, j'en suis sincèrement désolé. J'ai voulu épargner à vos mains le fait de se salir sur de telles raclures. Mais je compte me rattraper ! J'ai entendu l'un de ces idiots hurler qu'ils allaient retrouver leur chef pour se venger. Que diriez-vous que nous les prenions de vitesse et que nous nous livrions à un petit jeu de chasse ?  »

Bien entendu, je n'étais pas du genre chasseur, à vrai dire j'avais une sainte horreur de courir après des personnes qui ne le méritaient pas, mais pour elle, j'étais prêt à passer outre mes réticences.  La ville était grande, mais avec ses capacités et mon pouvoir parfait pour s'infiltrer dans les ombres, nous avions tous les moyens de les prendre par surprise.  J'en souriais d'avance. J'ignorais complètement si cette option lui convenait, mais je décidai de lui montrer que je n'étais pas du genre à me laisser démonter. Je devais prendre les devants pour affirmer ma virilité, qui avait été sérieusement remise en doute après ce début de soirée. Dire que je comptais venir ici me reposer et faire une quête à la va-vite pour Grimoire Heart... Au final, la mission prenait des airs de rendez-vous , ce qui me convenait bien plus.  Une fois les souillures que je venais de réduire au silence mises de côté dans la ruelle, j'empruntais une autre rue adjacente qui serpentait entre les plus grands bâtiments du centre-ville. Notre destination était relativement facile à deviner : nous nous dirigions vers les ruines du château qui autrefois abritait la guilde Phantom Lord. Le choix de cette voie m'arrangeait d'autant plus que je devais de toute manière m'y rendre pour ma mission puisque les objets magiques que j'étais venu chercher devaient se trouver dans les sous-sols de cet ancien bâtiment qui trônait autrefois aux côtés de la ville d'Oak.


Discrètement, la petite troupe que nous formions s'avançait dans les ruelles de la ville, tâchant de rester dans les plus obscures de celles-ci afin de ne pas nous faire repérer trop tôt. Nous n'aurions guère le choix une fois parvenus à destination en revanche. En effet, le terrain était bien trop dégagé pour espérer tenter une approche furtive. La seule possibilité que nous avions était que j'attire leur attention grâce à mes ombres, même si une telle manœuvre allait me coûter une bonne partie de mon énergie. Nous franchîmes ainsi les limites de la ville,marquées par une imposante forteresse, et arrivâmes à l'orée des bois entourant Oak, d'où l'on pouvait apercevoir les restes de ce qui était autrefois la fierté de cette ville, et n'était aujourd'hui plus qu'un symbole de décadence. Du bâtiment d'origine, il ne subsistait guère que quelques murets vaguement en état de tenir debout dont les pierres noircies reflétaient le sort qu'avaient subi leurs consoeurs dont les gravats étaient disséminés un peu partout autour de ce vaste cimetière architectural. Le vent avait cédé la place aux clameurs d'une troupe fêtant ses victoires et retrouvailles autour de choppes de bière. Et la nature avait commencé  reprendre ses droits dans ces ruines. L'on voyait ça et là des racines qui grimpaient le long des dernières parois encore debout, notamment autour de la tour qui surplombait le reste de la guilde, et qui demeurait l'un de ses derniers vestige. Je levai alors la tête vers ma camarade de la nuit, prenant à nouveau la parole :

«  Bien que je doute que nous ayons affaire à une forte résistance, j'ignore tout de vos capacités très chère. Disposez vous de techniques de furtivité conséquentes ? Nous en aurons besoin si nous voulons franchir cette zone sans être repérés d'office. Je suggère que nous prenions chacun un côté des ruines et que nous convergions ensuite vers les restes de la tour. Nous devons chercher une trappe ou un quelconque accès vers les sous-sols. Je pense qu'ils se cachent là dedans. Et j'ai des raisons de penser également qu'ils cachent quelques objets rares qui pourraient intéresser n'importe quel collectionneur. Des crétins avec des œuvres d'arts en main somme toute... J'y vais, je vous laisse décider de la marche que vous souhaitez suivre.  »

Je voulais qu'elle dispose d'une totale liberté de mouvement, car c'était la meilleure façon pour moi de la voir à l'oeuvre et d'observer sa grâce et la beauté mortelle de ses techniques. Et puis du peu que j'avais pu cerne r de cette demoiselle – du moins de ce que j'en pensais – elle aurait refusé de suivre de quelconques directives qui ne lui auraient pas laissé son libre arbitre en matière de méthode à suivre. Je n'avais donc pas insisté. Cependant, j'allais me dévoiler à elle, car pour être le plus discret possible dans les ombres que m'offraient ces ruines, je devais enlever toute tenue trop voyante. J'ôtai donc mon pull et mon masque, conservant juste mon pantalon noir. Elle pouvait donc apercevoir dans la pénombre les marques qui avaient complètement recouvert mon dos, une grande partie de mon torse, de mes bras, mais aussi de ma nuque et de mes joues. J'étais pour ainsi dire quasiment complètement marqué par les usages de mon pouvoir. J'ignorais encore les conséquences de l'avancée de ces stigmates, mais je n'allais pas tarder à le savoir, de cela j'étais certain. Je me mis à sourire. Elle aurait probablement des questions à me poser, et cette idée me remplissait de joie, car cette fois-ci je ne serais pas dans la peau de l'interrogateur. Mais le moment n'était pas aux dialogues courtois, je m'élançai donc dans l'ombre, prenant la forme de celles-ci, en me glissant entre les rochers, contournant la tour par la gauche. Je ne perçus aucun son autre que les insectes nocturnes, et le bruissement des feuilles dans le vent. Soucieux, j'observais les alentours, guettant la présence de gardes, mais aucun signe de vie ne semblait se distinguer. Quand soudain, le sol se déroba sans prévenir sous mes pieds. Je cherchais une trappe ? Je venais de sauter dedans. A pieds joints. Gardant mon calme, je me préparai alors à ce qui allait me tomber dessus. Après tout, je n'avais rien contre un peu d'action...

«  J'espère que ma compagne de soirée aura un peu plus de chance que moi...  »

Dis-je alors que ma chute allait s'achever dans une cavité où je distinguais déjà plusieurs ombres à forme humaine. J'allais devoir combattre. Je transformai l'ombre de mon bras en lame et me préparai à l'affrontement.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rang S CM
P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
avatar
Messages : 286
Date d'inscription : 10/03/2015

Personnage
Magie/Armes:
Rp en cours:
0/0  (0/0)
Expériences:
260/10000  (260/10000)
Dim 10 Déc - 14:03

Les reproches de l'hybride rendit son acolyte déconfit, de tout évidence, il s'était amusé sans elle dans l'intention de l'impressionner, pensait-il comme tous les autres qu'elle avait besoin d'une petite bagarre pour percevoir en lui un chevalier blanc ? Naïf qu'il était, la mage du conseil estimait ses pseudos prétendants par les valeurs qu'ils défendaient, et leur appréhension dans la nature sauvage et indomptable de la belle métissée. Certes, elle adorait se divertir en attirant les mâles lors des soirées dans les bars, soutenue par Miyuki, une fidèle rivale de séduction, cela transformait souvent en tournois. D'humeur à se jouer des envies masculins en faisant d'être la plus charmeuse, pour finalement les arrêter dans leur élan d'espoir de pouvoir posséder un ange, provoquant une fulminante frustration chez de nombreux hommes. Pourtant malgré leur insistance, aucun ne put déposer le moindre doigt sur cet épiderme ébène, la célèbre Yoruichi ne leur en laissait pas le temps d'un battement d'ailes dans l'obscurité. Cette dernière prise par ce jeu et le semblant d’intérêt que lui portait son interlocuteur, curieuse de connaître ce qu'il avait d'aventure à lui proposer, céderait-il par cette moue boudeuse que la demoiselle affichait ou essayerait-il de se faire pardonner ? L'inconnu se ressaisit rapidement, il n'était pas prêt à abandonner si facilement cette attraction, il la convia alors de poursuivre les complices de leur précédents assaillants.

Cela faisait pas mal de temps qu'elle n'avait pas chassé même le moindre animal pour se nourrir en tant que chat, cela lui dégourdirait les pattes après tout cette activité lui permettait de se sentir maître de sa vie. Et qui sait elle pourrait surprendre ce jeune blanc-bec et lui démontrait qui était le plus impressionnable des deux, Yoruichi a la fâcheuse tendance à prendre les choses avec légèreté mais son histoire la façonnait telle quelle. Esquissant le plus beau de ses sourires carnassiers, capable de faire frisonner un dur à cuir, ses atouts félins se redressent pour mettre en avant ses sens les plus aguerris.

- Une partie de chasse, rien de plus revigorant. Acquiesça-t-elle d'un air de défis d'un début d’adrénaline

Enfin elle allait pouvoir laisser libre cours à sa personnalité versatile et  traqueuse, usant de tous les moyens plausibles et imaginables pou arriver à ses fins. D'un accord comme un accord et dans un mutisme, le jeune homme prit l'initiative de conduire le duo en-dehors de la ville désertique, si on oubliait les ivrognes notoires et les ruelles malfamées infestées de truands et de coupe-gorges. Déambulant d'un air mystérieux vers l'orée de la forêt où étaient encore érigés les ruines d'un temps ancien faisant la gloire d'Oak, des fortifications de pierres capable de résister à de longs siège. Son partenaire de nuit paraissait connaître exactement l'endroit, intriguant la jeune femme sur son identité. Nullement présentés l'un à l'autre, des anonymes aux yeux des astres lunaires, l'aventure promettait pas mal de rebondissements Aux abords du déclin d'une ancienne cité, l'hybride féline consentit à se séparer de son compagnon pour qu'ils atteignent chacun de leur coté les vestiges de la  tour, elle lui lança un clin d’œil avant de s'élancer furtivement dans les ténèbres.

Le lieu avait beau être un minimum éclairé par la lune, la mage se fonda dans le décor avec une aisance déconcertante, une sensation étrange l'étreignit au cours de sa route, pas âme qui vive. Ses iris ambrés perçants les secrets de l'obscurité ne tombèrent que sur des blocs de roc acheminés autour de l'édifice. Sa cape d'une teinte funèbre balaya d'un bruissement les feuilles et la poussière, guettant une trappe au sol, celle-ci apparut rapidement à l'angle d'une muret debout fièrement. S'accroupissant au-dessus du trou dans un premier temps pour observer les catacombes ou ouïr la moindre présence dans ces ténèbres, des voix bourrues s'échappèrent de la cavité. Une idée lui vint, elle voulait garder un maximum le suspense et pouvoir se battre mémorablement, il fallait donc faire traîner les choses. D'une seule pensée, son corps se transforma en un sublime chat au pelage de la nuit dont les yeux étincelles de malice, elle sauta dans le trou les quatre pattes en avant afin de pouvoir amortir sa chute grâce à ses coussinets. Dès son atterrissage, elle constata bien un groupe d'hommes en train de jouer aux cartes sur des caisses, s'approchant d'une démarche élégante et farouche. Les joueurs remarquèrent la présence de l'intrus, alors que le chaut miaulait en s'asseyant près d'eux comme s'il jaugeait leur dangerosité.

- Regardez moi ce magnifique minou, viens là petit chat, si tu veux j'ai de quoi manger.

- Arrête, on va pas nourrir les chats errants, cela peut nous refiler la gale ces bestioles.

- Il est pourtant si mignon, j'ai envie de l'apprivoiser pour qu'il devienne mon ami

- T'es vraiment une tanche toi, à t'émouvoir pour un rien.

- Tu me parles comme cela la brute

- Ah ouais, tu vas me faire quoi ? Lancer des croquettes au visage ?

- Du calme Bryan et toi le provoque pas

Les deux hommes se querellaient pendant que leurs partenaires de poker tentaient désespéramment de les éloigner pour empêcher un échange de coup de poing. Quant au chat, si l'un des êtres humains s'était concentré sur lui, il aurait pu percevoir une sorte de sourire narquois dessinées par ses babines. Que cela pouvait être plaisant de créer un tel désordre grâce à un simple animal, dans tous les cas, elle profita du chahut pour s'engouffrer dans les tunnels de glaises. Sur son passage, elle croisa plusieurs hommes, certains le faisant déguerpir dans un simple coup de pied, la demoiselle se contenta d’énumerer tous les comptes-agents placés dans les différentes galeries et de s'orienter. Finalement, elle tomba sur une autre entrée ou sortie selon la direction à prendre, elle vit que le jeune homme venait de pénétrer dans le corridor de marbre ; Se postant à bonne distance, se figeant dans une position assise, attentive aux prochaines actions de son partenaire envers les hommes entre eux.

La question était de savoir si l'inconnu allait faire attention au chat noir ou non.






Cadeaux :3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Entre deux choppes de bière... [PV Yoruichi]

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» Discution entre deux Gryffondor [pv : Judicaelle]
» conflit entre deux [PV WildStorm] [Dé]
» Retrouvailles entre deux amis [ PV: Josh ]
» Pique nique entre deux chemins...

Sauter vers: