Intrigue #1

Intrigue terminé

Une dure victoire
Après une bataille acharnée contre les ennemis à la solde de Zeleph, et un duel au sommet entre le mage noir le plus craint et le plus puissant des mages, Jellal. La victoire est du côté du bien, l'ennemi se replit sans attendre, tandis que les mages ayant vaillamment combattus savourent cette victoire !
Lire plus

Venez les prendre !

Les nouvelles !

1/09/2017 — Recensement Un recensement d'hiver à été lancé ^^ Venez vous recenser par ici.
1/09/2017 — De nouveaux prédéfinis, ouvrez l'oeil !
1/09/2017 — Fin de l'intrigue !

Top sites

Top Site 1Top Site 2Top Site 3Top Site 4Top Site 5

Musique

©linus pour Epicode
En bref
Bienvenue !
Sed quid est quod in hac causa maxime homines admirentur et reprehendant meum consilium, cum ego idem antea multa decreve.




▬ Faites votre choix. Entrez dans ce monde ... étrange et magique. {Inspiré du manga Fairy Tail} ▬
 
Bienvenue sur Fairy Tail Mangas ♥️ Le forum a 6 ans d'existence.
N'oubliez pas de voter toutes les 2h ♥️
Bientôt le grand nettoyage ! Un petit recensement s'impose ! Un mois pour réagir ♥️

Un Roi Parmis Ses Sujet ! [ En Cours ]

P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 09/09/2017

Personnage
Magie/Armes:
Rp en cours:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Dim 10 Sep - 17:06

Digir Gilgamesh
«
Vous freinez ma loi et je vous punirai pour sa , il n'y a pas de place à la discussion. »

Ma Magie

Gate of Babylon :

Gate of Babylon est une magie unique propre à Gilgamesh, en effet une vieille légende de Yoitsu raconte que le tout premier homme a avoir mis les pieds dans ce pays était un forgeron de rénom, on disait de lui qu'il pouvait forger n'importe quelle arme. Créans ainsi des armes d'une incroyable pureté et d'un tranchant inégalable , ces arme on était catégorisé comme l'œuvre des dieux et on était éparpillé dans le monde entier .

Gilgamesh étant son descendant direct, il a obtenue le pouvoir du forgeron de la légende , il peut donc forger a peut prêt n'importe quoi sans avoir besoin de matériel ou autres , de plus il a un contrôle direct sur celle si pouvant les faire léviter et les envoyer sur ses ennemis . Il peut aussi copier une arme qu'il a déjà vu au moins une seule fois.

Cette magie porte ce nom, car elle est son trésor est personne ne touche à son trésor étant bien cacher dans Babylon...

Mon image
« CARTE D'IDENTITÉ »
♦♦ AGE :: 23 ans
♦♦ DATE DE NAISSANCE :: /
♦♦ RACE :: Humain
♦♦ GUILDE :: Conseil Magique
♦♦ PREFERENCE SEXUELLE :: Hetero
♦♦ PERSONNAGE SUR LE VAVA :: Gilgamesh de Fate series
« VOUS »
♦♦ PSEUDO: :: Yuki
♦♦ AGE :: DRAGON
♦♦ COMMENT TROUVES-TU LE FORUM :: DRAGON
♦♦ CODE DU REGLEMENT


 

 


 

 
Le puissant roi de Babylon est un homme grand et robuste , au physique athlétique et puissant sans être disgracieux. Sa condition physique est le parfait reflet de son esprit : de sa force naît sa fierté. Gilgamesh a les cheveux blond, symbole de puissance dans de nombreuse ethnies, un visage fin au trais noble souvent relever par son sourire arrogant, ses yeux teinté d’un rouge écarlate apporte une touche inhabituel mais aussi une touche d'insolence et rappel ses origines royal.
Vêtu d’une majestueuse armure dorée aux symboles azures au dessus d’une tunique azure et rouge, il apparaît dans toute sa splendide décadence. Son apparence impose aux yeux du monde sa puissance et son incroyable confiance en lui. Son orgueil est parfaitement traduit par son apparence, Gilgamesh exhibe sa puissance et ne craint aucune concurrence. D'ailleurs il le cherche la plus part du temps défiant la moindre personne qui se croirait a sa hauteur , pour mieux l'écraser dérrière .
Sa tenu dite «Habituelle » est elle aussi d’une grande classe, composée d’une chemise et pantalon noir, d’une veste grise à col de fourrure et de bagues d’or aux doigts, ses cheveux habituellement tiré en arrière sont alors relâcher en une coupe plus détendu, retombant sur son front. Il ne conserve de sa tenue de combat que sa paire de boucle d’oreilles d’or.
Gilgamesh est quelqu'un de très impétueux et irrespectueux . En effet le jeune homme sais se qu'il vaut et saura vous le montrer , allant jusqu'à vous défier pour montrer sa supériorité .  Il est très protécteur envers les personnes en qui il peut avoir confiance , son groupe en faisant partie . Il peut aussi bien être d'une incroyable gentillesse comme un véritable Tyran pour son royaume , c'est principalement se qu'il lui a permis de réunifier tous les pays en un seul nom Babylon . Du a son sang et son rang , Gilgamesh est une personne très imbu de lui même , il se croiras toujours meilleurs que les autres du a tous se qu'il a accomplis dans le passé et détestera qu'on essaye de le rabaisser . Gil a un faible pour les personnes qui lui resiste , en effet il se fera un malin plaisir a faire de vous son objet juste pour sa .  Doté d’un tempérament arrogant et méprisant mais non dénué d’une certaine noblesse , vous aurez plus l'occasion de le detéster plus qu'autre chose . Ces origines extraordinaires jouent un rôle important dans le caractère du jeune roi  sa fierté est incomparable et son arrogance n’a d’égale que sa puissance, il est aussi extrêmement borné, se qu’il veut il l’obtient par tout les moyens possibles, extrêmement indépendant, il agit à sa guise sans se soucié des autres et fait se qui lui semble juste à lui. C’est un homme libre, il vit pour lui et fait se qu’il veut. Un trait de caractère soulignant une fois de plus ses origines royal .
Mais il n’en resta pas pour autant un être sans cœur, en effet l'amitié qui le lie a son groupe le prouvent , il serait prêt a pleurer et a vouloir détruire le monde a la mort de l'un de ses camarade preuve qu’un cœur se cache encore sous l’acier de son armure
Ecris ici l'histoire de ton perso... Minimum 400 mots "Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur.
 

 
Fait par Lucy pour FTM

 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
Invité
Lun 11 Sep - 11:45

Salut Maman bonne chance pour ta fiche ! Je vois que tu t’oriente vers le conseil magique? Bon courage pour ton rang S alors o/

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Rang C FT
P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
avatar
Messages : 63
Date d'inscription : 06/01/2017

Personnage
Magie/Armes:
Rp en cours:
2/3  (2/3)
Expériences:
26/800  (26/800)
Lun 11 Sep - 15:33

Dragon!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 09/09/2017

Personnage
Magie/Armes:
Rp en cours:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Sam 21 Oct - 19:17

Je poste l'histoire ici pour une meilleure visibilité :


Histoire :

Il ya de des années de cela, dans un pays très lointain de Fiore, ce petit pays était entouré d'autre pays beaucoup plus imposants, ce petit pays ou vivait notre protagoniste se nommait Yoitsu. Dans ce petite pays vivait une royauté comme dans beaucoup d'autre pays, celle-ci ne gouvernait à la base qu'un peuple ne comprenant que quelques personnes de haute extraction ; Et parmi ces personnes, se trouvaient mes parents  ma mère Eirika Eizenberg, fille du roi d'un des pays voisin avait été donnée en épouse a mon père,  Sieg Digir  jeune prince du royaume de Yoitsu; ce mariage devait aider les relations entre les deux pays , mais surtout ouvrir une route commerciale entre le pays d'Eirika et le pays voisin à Yoitsu. Permettant ainsi le passage des différents commerçants d'un pays a l'autre. Le père de Sieg n'eu d'autre choix que d'accepter ce mariage arrangé, se disant que grâce à cela son pays pourrait remonter la pente. Mais… Hélas il était loin du compte… Très loin du compte même…

Les années passèrent et le père de Sieg le roi actuel de Yoitsu, mourut d'une maladie cardiaque au noble âge de soixante-sept ans, laissant ainsi le petit pays de Yoitsu entre les mains de son fils et seul Héritier Sieg…
C'est à ce moment la que Yoitsu connut la descente aux enfers…  Sieg ne fit que de mauvaise chose au pouvoir, il creusa encore plus l'écart entre les nobles et le peuple,  il s'enrichissait sur leur dos alors que celui-ci n'avait même pas de quoi se nourrir. La population croyait que la fin était proche, jusqu'au jour où l'annonce royal eut lieu:

En effet le peuple entier de Yoitsu apprit que la jeune reine Eirika, allait mettre au monde un jeune héritier, le peuple entier commençait a reprendre espoir priant de toute leur âme que l'enfant ne soit pas comme son père. Les mois passèrent lentement jusqu'au jour fatidique, par malchance le peuple était au plus bas, une étrange maladie venait de se répandre, faisant perdre près d'un quart de la population de Yoitsu ; malheureusement pour le royaume, la reine avait elle aussi contracté cette fameuse maladie, laissant un cruel dilemme a Sieg, sauver sa femme ou son fils ?

Le dilemme fut des plus compliqués, au moment de l'accouchement il n'avait qu'une fraction de minute pour réfléchir à cette question, sauver sa femme bien-aimée, ou le futur roi de son royaume ? Il finit par faire un choix, l'un des choix les plus cruels de son existence, il demanda au médecin de la cour de sauver l'enfant plutôt que sa femme.  Au moment où Eirika appris la nouvelle sur son lit d'accouchement, elle lui lâcha un doux sourire tout en le remerciant avant de fermer les yeux a jamais sans voir ne serait-ce que le visage de son enfant.

Les médecins réussirent par chance à sauver l'enfant ; celui-ci fut extrait du corps de sa mère  recouvert du sang de celle-ci.  Des examens s'ensuivirent, et une chose remarquable se produisit,  l'enfant n'avait rien, aucune trace de la maladie qui avait rongé sa mère, comme si elle avait donner ses derniers instant pour le sauver. Sieg s'approcha du bébé et caressa doucement sa tête, les larmes aux yeux, il regarda le bébé lui disant :

« [color=#ff6666] Tu t'appelleras Gilgamesh… Et tu deviendras une figure importante de ce monde... [/color]»

Eirika avait décidé depuis bien longtemps que si elle avait une fils, il s'appellerait Gilgamesh. Sieg décida alors de respecter la volonté de sa défunte épouse nommant ainsi son fils comme ça. Mais rien de bon n'allait arriver après ça.

Depuis cette accident bien des années passèrent ; Gilgamesh avait maintenant six ans, Sieg avait littéralement abandonné son peuple, il n'était plus que l'ombre de ce qu'il était, la mort de sa femme l'avait tué intérieurement, ne vivant que d'alcool et de filles de joie, laissant le peuple se mourir a petit feu… Ne s'occupant même pas de son enfant, bien qu'il en eusse prit la décision, pour lui cet enfant était celui qui lui avait volé sa tendre épouse, il ne lui portait aucune attention le laissant au main des différents précepteurs.
Gilgamesh avait donc six ans a ce moment là ;  il ne voyait jamais son père et cela ne l'inquiétait pas plus que ça d'ailleurs, il ne savait même pas a quoi ressemblait le monde extérieur, n'étant jamais allé plus loin que les remparts de son palais, son château étant devenu son monde. Heureusement pour lui, il avait quelques personnes sur qui il pouvait compter : Einkydu, un jeune garçon du même âge que lui, de longs cheveux verts et d'une incroyable beauté à s'y méprendre avec une jeune femme, était son meilleur ami et son camarade de jeu. Il était le fils du seul homme approchant encore le roi Sieg, un homme d'honneur qui lui avait juré fidélité,  et qui ne faillait pas a sa tâche. Mais le jeune Einkydu avait une grande sœur de deux ans son aînée, des cheveux d'un rouge pourpre, et des yeux a faire succomber n'importe quel créature magique de ce monde, son nom était Scatach, et à ce que disait son père, c'était un hommage a sa première femme qu'il avait perdu dans des circonstances inconnues, ou du moins il n'avait jamais voulu nous l'expliquer… Nous n'étions que des enfants après tout…

Il y avait une autre jeune fille avec nous, une fille aux cheveux courts et roses, des grandes pupilles est un air plutôt timide, elle s'appelait Mashu et était la fille d'un des commandants de notre armée. Mon père avait accepté qu'elle étudie avec moi au palais. A nous quatre nous étions inséparables et nous faisions très souvent des bêtises. Heureusement pour nous notre percepteur Merlin nous mettait toujours sur le bon chemin. Un homme aux cheveux blanc et au visage plutôt efféminé ; nous n'avions aucune information sur les raisons de sa présence, Hormis qu'il avait demandé l'asile à mon père en échange de mon éducation.  Sieg avait accepté sans aucune hésitation vu le peu d'intérêt qu'il me portait. Je l'ai toujours trouvé un peu étrange ce Merlin d'ailleurs, mais à côté de ça c'était un homme d'une incroyable justesse, croyant en nous tous. C'est grâce à lui si je suis devenus ce que je suis, il est comme un père pour moi …

Les années passaient, je grandissais a vue d'oeil, mes cheveux étais d'un blond comme la lumière, comme ceux de ma mère d'après le père d’Einkydu et de Scatach.  Je lui ressemblais énormément d'après lui. Grâce a l'éducation de Merlin j'appris très vite a lire et écrire, ce qui était une chose plutôt rare dans notre pays. Je lui devais vraiment beaucoup. Mes liens avec mes amis étaient de plus en plus forts, et un nouveau précepteur vint nous rejoindre à mes huit ans. Un homme d'une carrure incroyable, il faisait bien dans les deux mètres celui-là, un sourire carnassier et une pilosité d'un rouge flamboyant, on aurait dit un lion. Cet homme avait du vécu, et cela se voyait dans son regard, plus rien ne lui faisait peur. Cette personne n'était autre qu'Iskandar, mon précepteur personnel pour le maniement des armes. Mon père voulait que j'apprenne a me battre, et il avait  choisi un homme du peuple pour cela ; mais pas n'importe lequel, des légendes autour de lui, ma préférée  était celle-ci : «  On dit de lui qu'il aurais abattu une armée de cent homme juste avec ses poings, sans même avoir une égratignure » . Cette homme était incroyable, j'avais énormément d'admiration pour lui. Le temps libre que j'avais entre deux leçon de Merlin était à présent consacré aux leçons avec Iskandar . Il me parlait souvent de son fils, je n'ai appris que bien plus tard qu'il était mort d'une façon tragique …

Iskandar m'apprenait le maniement des armes et Merlin me donnait les connaissances. Avec ça je n'avais aucune raison  de me plaindre, mais vers mes quatorze ans, je suppliai Merlin de m'emmener avec lui, je voulais voir autre chose que le palais, je voulais découvrir le monde.  Merlin céda malgré tout et me glissa discrètement hors du palais, mon père ne voulant surtout pas que je sorte de celui-ci. Une fois sortis du palais, mon visage qui était rayonnant d'ordinaire, s'imprégna d'une terreur incommensurable...

Moi qui vivais depuis quatorze années, dans mon monde, ce petit cocon que mon père m'avait fait sur mesure, découvrit avec effroi la triste vérité ; mon peuple se mourrait depuis bien des années déjà , Yoitsu n'était plus que ruines, il était devenu l'ombre de ce qu'il était autre fois, c'était devenu les terres désolées d'un roi fou, qui ne pensait qu'à lui. Je serrais les dents devant cette triste vérité et demandai à Merlin ce que je pouvais faire pour cette situation. Celui-ci m'expliqua avec un sourire qu'une rébellion se préparait dans l'ombre de mon père, et qu'il avait besoin d'une figure de proue, une personne sur qui ils pouvaient tous compter, moi…

Merlin avait réussi a me convaincre, mais une fois sur place, la vérité fut tout autre , après tous j'étais le rejeton de ce fameux roi fou et sénile , j'ai donc du faire mes preuves , mais pas n'importe lesquelles , j'ai du affronter chaque membre du groupe , pas une seule ni dix , ni même leur chef , non toute , j'ai du affronter les deux cents révolutionnaires , j'y passais des journées entière est plus d'une fois , j'ai failli abandonner , mais je tenu bon jusqu'au bout  , gagnant ainsi leur confiance , j'étais l'un des leurs maintenant …

Il m'expliquèrent qu'il compter passer à l'action lors du jour de ma majorité dans deux ans ; c'est vrai que c'était le bon jour, le seul jour où le roi devrait sortir de son palais pour célébrer la majorité de son seul héritier. J'expliquais donc à l'aide de Merlin toute l'histoire à mes amis et mon précepteur. Ceux-ci me suivirent sans rechigner, même bien au contraire, il confièrent leur vie entre mes mains. Merlin me disait que j'allais devoir accomplir de grandes choses, mais jamais je n'aurais pensé a ce qui allait arriver par la suite…

Deux ans passèrent, et c'était enfin le grand jour. Nous nous étions entraînés très dur pour ça, moi et mes camarades. Le jour de ma majorité était enfin arrivé ; malgré l'état du pays, la ville était à la fête, essayant de cacher du mieux qu'elle pouvait son triste état. Ce jour-là, j'étais vêtu d'une tenue d'apparat confectionnée sur mesure par les servants du palais, dont une épée qui pendait a la ceinture. L'heure était enfin arrivée, je m'avançais lentement en direction de la place publique, où se trouvait déjà le roi. Je m'agenouillais devant lui, pendant que celui-ci prononçait son discours sans aucune once de sentiment. Le roi était mort intérieurement, et ce depuis longtemps déjà. J'ouvrai alors doucement mes yeux, avant de dégainer mon épée d'une vitesse fulgurante, et plantai ma lame en plein dans son cœur d'une attaque frontale. Au moment où mon épée le transperça, celui-ci me regarda avec un regard vide d'émotion tandis que mon visage tâché de son sang, ne montrait que haine envers lui. La foule se mit à courir dans tous les sens, tandis que la garde essayait d'agir, malheureusement pour eux, la moitié de notre effectif avait envahi leurs rangs. C'est ainsi que se termina le règne du roi fou, cette personne qui n'était d'autre que mon père, un seigneur qui laissa mourir son pays et abandonna son fils…

Une fois Sieg mort, il fallait un nouveau roi pour gouverner ce pays ; Merlin me proposa. Sachant pertinemment ce que je devais faire, je serrai les dents et décidai de prendre sa place sur le trône, a contrecœur. Je n'avais aucune envie de m'asseoir la où ce père indigne avait jadis posé son postérieur... Je m'asseyai donc sur le trône et prit la couronne tout en leur criant :

«  Peuple de Yoitsu ! Je ne serai pas comme le roi fou !!! Nous allons regagner notre gloire passée ! Pour commencer, nous allons arrêter de nous faire marcher dessus par les pays voisins. Nous somme un peuple libre, nos ancêtres était considérés comme des lions féroces et toute personne qui ne se prosterne pas devant le roi des animaux doit périr !!! »

Le peuple criait mon prénom, je ne l'avais jamais vu comme ça, j'avais l'impression de le voir revivre. Ma première décision en tant que roi fut de couper les ponts avec les pays voisins, leur route commerciale ne nous avait apporté que des malheurs. Ceux-ci essayèrent bien de se rebeller, mais en vain face a la puissance ressuscitée du pays de Yoitsu. Malgré son jeune âge, Gilgamesh faisait un roi hors pair, qui dirigea d'une main de maître son pays, rassemblant de plus en plus de nations sous la coupe de Yoitsu. Un de plus … Puis un autre, tous ces pays devenaient des nouveaux territoires de Yoitsu, le pays du désert allait enfin renaître de ses cendres.

Les années passaient et j'approchais de mes vingt-deux ans. Yoitsu n'était plus … A la place Babylon était née, une fusion de pas moins de vingt pays. Les dix neuf pays avaient succombé sous mes coups, me laissant toujours plus, je voulais leurs trésors ainsi que leurs terres, leurs habitants devenaient les miens. Yoitsu, devenu ainsi la capitale même de Babylon, il n'avait jamais fait aussi bon vivre qu'à ce moment-là, mais j'étais triste, quelque chose me chiffonnait, les pays ne se défendait plus, il faut dire qu'un pays en regroupant vingt pouvait en faire fuir plus d'un. Je commençais a en avoir assez de tous ça , leur or ne me suffisait plus, leurs armes, je les avais déjà toutes récupérées , ma collection n'arrivait plus a s'agrandir. J'étais devenu un excellent roi, s'occupant bien son peuple , mais j'étais surtout devenu un roi vaniteux. J'en voulais toujours plus, leur vulgaires cailloux et autres bouts de ferraille ne me suffisaient plus, je voulais aller plus loin que ce continent, découvrir de nouvelles choses…

C'est alors que j'entendis parler de quelque chose d'intéressant par l'ancien roi du pays que je venais de conquérir . Il y avait, d'après lui, plus loin que ce continent, d'autres terres à conquérir, d'autres terres où créatures étranges et magie existeraient. Une soudaine flamme se mit a brûler dans mes yeux, enfin, enfin quelqu'un se décidait à me dire ce que j'attendais, d'autres terres avec d'autres chose à posséder !  Lorsque j'appris cela, je décidai de partir avec un comité réduit  pour ces terres lointaines : Iskandar, Mashu, Einkydu, Scatach et Merlin étaient de la partie. Je laissai le pays aux mains de personnes de confiance, et partit alors du port de Yoitsu, me dirigeant alors vers des pays inconnus. Le voyage dura plusieurs mois ; et malgré ma demande, quelques soldat étaient venus avec nous sur le bateau, dont Jeanne, une jeune femme aux cheveux blonds. Celle-ci faisait partie du clergé de  Babylon, elle était chargée de me surveiller et surtout s'assurer qu'il ne m'arrive rien. Cela m'embêtait, mais je dus, à contrecœur, l'accepter dans notre petit groupe, sinon je n'aurais jamais pu partir.

Le voyage dura deux bon mois… Peut être même plus, les jours me paraissaient tellement longs sur ce petit rafiot. Une fois arrivés sur la côte ; je ne pus m'empêcher de pousser un soupir de soulagement. Voilà donc a quoi ressemblais un autre monde  Hum ça ne changeait pourtant pas grand chose de chez moi, le sable y était aussi monnaie courante. Le lieu était très typique, un mélange de l'architecture de mon pays et d'autres choses. Je partis donc a la recherche d'un moyen de transport quand soudain une petite fille aux cheveux blancs avec une grande cape sur la tête me bouscula. celle-ci s'excusa, avant de lâcher un léger rictus. Ne comprenant pas, je ne me préoccupai guère d'elle, et me dirigeai vers un marchand. Celui-ci me dit qu'il pouvait nous vendre des calèches. Le prix me paraissait dérisoire, mais au moment de payer je compris que ma bourse avait disparu. Je la cherchai partout, regardant mes camarades, jusqu'au moment où un visage me revint en tête, celui de la petite fille aux cheveux blancs et de son sourire. Quelle petite peste, c'est donc elle qui m'avait volé ma bourse ! Je me dirigeai au plus vite au poste de garde le plus proche, et  leur décrivis la personne du mieux que je le pouvais ; ceux-ci me dirent qu'il venaient de l'interpeller quelques instants auparavant.  Et qu'elle était déjà en train d'être jugée a l'heure qu'il était. Je m'empressai alors de me rendre au tribunal que le garde m'indiqua. D'un pas fier et pressé, je passai les portes de celui-ci avec fracas. Je pus voir des gens dans toute la pièce, et au centre de celle-ci, la petite voleuse. Sans demander aux personnes présentes, je me déplaçai jusqu'à elle, l'attrapant par le col .

Tous le monde poussait des cris d'effroi comme si c'était anomal que j'agisse ainsi. Je lançai un regard noir à la jeune fille, quand les juges toussotèrent doucement pour me rappeler a l'ordre, me disant que je n'avais rien a faire ici, je leur lançai un regard noir tout en leur disant :

«  Je suis Gilgamesh  Digir, Roi de Babylon, et je fais ce que je veux, et où je veux, qu'est-ce qui vous dérange ? Cette petite ? Dites-moi combien vous en voulez et je l'embarque ! »

Ils essayèrent de m'expliquer tant bien que mal que celle-ci devait être jugée pour tous les crimes qu'elle avait commis, meurtre, vol et j'en passe. Je demandai une petite bourse à Merlin et la jetai sur leur table ; celle-ci était remplie de pierres précieuses :

«  Le contenu de cette bourse , vous permettrait de faire vivre vos dix prochaine générations. Je vous achète la petite contre cette somme ! »

Les juges se mirent alors à parler entre eux, et acceptèrent mon offre, à condition que j'emmène la jeune fille loin d'eux et de cette ville. Je leur répondis d'un sourire, et les remerciai convenablement, attrapant la jeune fille d'un bras, et la portant comme un sac à patate sur mon dos. Celle-ci se débattit, mais je lui mis une fessée bien ressenti comme un père l'aurais fait a sa fille.  Avec ma bourse récupérée, et une gamine en prime nous partîmes donc de cette ville, traversant le désert pour notre prochaine destinations. Celle-ci m'expliqua toute son histoire, et pourquoi elle se faisait juger. elle s'appelait Jack et avait un surnom peu affriolant dans cette ville : «  Jack The Reaper ».

Les jours passèrent depuis, nous avions récupéré une carriole, et Jack. Nous faisions attention à nos réserves d'eau et de vivres, nous voyagions de jours, tandis que la nuit nous dormions tout en faisant des tours de gardes. Mais pendant notre trajet nous rencontrâmes quelque chose d'étrange : une bête relativement grande, recroquevillée sur elle-même. Nous nous arrêtâmes pour voir ce qu'il en était, et à notre grande surprise, elle protégeait une personne .

C'était une jeune femme, elle était très typée du désert, comme celles que l'on pouvait voir dans la ville où nous avions fait escale. Une peau relativement bronzée, et surtout une couleur de cheveux plutôt peu ordinaire. C'est cheveux était d'un très beau mauve, elle portait énormément de bijoux sur elle, tous en or, mais rien de grande valeur a mes yeux. Celle-ci avait les lèvres gercées comme pas possible ;  nous lui donnions du coup à elle et son animal autant d'eau et de nourriture qu'il le désirait. Celle-ci m'expliqua alors son étrange histoire. Elle serait venue d'une autre dimension ?

Difficile à croire... Et cette créature, c'était son animal de compagnie ? Un «  Trico » comme elle appelait ça ? Elle était vraiment étrange, mais je ne pouvais la laisser à son triste sort. Je lui proposai donc de l'emmener avec nous jusqu'à sa destination, elle me répondit du tac au tac qu'elle n'avait aucune destination précise. Je lui dis alors, tout en souriant :

«  Si tu n'as nulle part où aller, rejoins moi … Toi et ta bête ne manquerez de rien avec nous, de plus tu pourras certainement voir du pays »

Je lui tendis la main tout en lui demandant son prénom :

«  Au fait, je suis Gilgamesh, et toi c'est quoi ton prénom ? »

Elle me répondit avec une voix resplendissante, Nitocris quel joli prénom...C'est donc ainsi que Nitocris rejoignit notre groupe. La traversée du désert fut encore longue ; quand nous fîmes sa rencontre, nous n'avions en fait parcouru que la moitié de celui-ci. Cependant, après une longue et difficile marche, nous vîmes enfin le bout de cet enfer, nous montrant une jungle à perte de vue…

Quel était cet étrange pays ? Après le désert sans fin, voilà une jungle qui s'étend sous nos yeux.. mais bon les choses ne  pouvaient pas vraiment être pire que ce que nous venions de vivre. Quoi que..

Nous commencions à pénétrer dans la jungle, quand nous nous fîmes arrêter par un groupe de personnes, celles-ci étaient toutes équipées d'arcs, et nous surplombaient du haut de la cimes des arbres. Pas le choix, nous étions obligés de nous rendre sans faire trop d'histoires. Le terrain ne nous permettait pas un affrontement optimal,  et je ne comptais aucunement perdre l'un de mes précieux alliés maintenant. Nous suivîmes donc le groupe  qui nous avait capturé ; c'était un groupe de jeunes femmes, elles avaient toutes des oreilles et une queue de chat. Merlin m'avait vaguement parlé de cela, mais je ne pensais pas en croiser un jour, ces fameux Hybrides.

Nous arrivâmes enfin dans leur village : celui-ci était suspendu dans les arbres par des passerelles en bois, une vrai cité volante. Je remarquai en revanche quelque chose d'assez important, la population n'était uniquement constituée que d'enfants et de femmes. les jeunes femmes qui nous avaient capturé nous conduisirent vers leur chef. Cette dernière leur dit de disposer .

La chef était elle aussi une femme chat , mais elle était curieusement accompagné d'une femme renarde aux cheveux et pelage roux. elle était habillée d'un long kimono, comme une prêtresse, elle devait sûrement être sa conseillère. Elle m'expliqua que normalement les prisonniers était tués sur le champ, mais qu'ils avaient besoin de main-d'oeuvre depuis que tous leur époux étaient partit a la bataille. Je m'agenouillai devant elle tout en lui disant :

«  Majesté … Plutôt que de faire des travaux divers et variés, laissez-nous mettre fin a vos problèmes, laissez-nous tuer ce monstre qui vous a retiré vos hommes ! »

Ce n'était pas du tout mon genre de faire des courbettes, mais un bon roi savait quand il fallait baisser la tête pour ses sujets. La jeune reine réfléchit, et décida de nous faire confiance à une condition, que l'on emmène avec nous sa garde la plus prometteuse. Une jeune femme aux cheveux verts s'approcha de nous ; elle n'était ni plus ni moins que l'une des personne qui nous avait mis en joue un peut plus tôt. Elle s'appelait Atalante, et c'était la meilleure archère de tout leur peuple.

Nous partîmes donc, mon groupe et Atalante, dans l'antre du fameux monstre qui les dérangeait depuis tant d'années. Sur le chemin la jeune femme chat  nous donna des explications sur le monstre, et une fois arrivés dans son antre, nous vîmes la fameuse créature. Certains hommes étaient en cage, d'autre gisaient au sol, certains étaient même non identifiables, tellement la bête avait joué avec leur corps. La bête n'était ni plus ni moins qu'un ours géant ; les balafres sur son visage en disaient beaucoup sur sa longue vie. Mais celle-ci devait se finir ici. Après une très longue bataille ou j'échappai plusieurs fois a la mort grâce à l'aide de Merlin et de mes amis. Nous réussîmes à tuer cette ours, libérant ainsi tous les hommes bêtes, et rentrâmes au village .

La reine se montra clémente, et décida de nous laisser partir. je m'approchai alors d'elle, lui demandant d'un ton clairvoyant, si nous pouvions aussi emporter quelques vivres avec nous pour la suite de notre voyage. Après tout ce que nous venions de faire pour elle, elle n'avait d'autre choix que d'accepter. Nous étions en train de partir, quand la prêtresse du village se mit à nous courir après, nous suppliant de l'emmener avec nous. Elle m'expliqua son histoire, le fait qu'elle s'appelait Tamamo, et qu'elle rêvait de partir loin d'ici, et de découvrir le monde. Elle était persuadée que c'était sa seule chance pour y arriver. son histoire me rappelait vaguement la mienne... Je décidai d'accepter sa requête. Cependant, pour que la jeune reine accepte, il fallait absolument qu'elle soit accompagnée par l'une de ses gardes, et ce fut Atalante qui se proposa.

Nous quittâmes donc  la forêt jusqu'à notre prochaine destination, avec deux nouveaux membres à nos côtés .

Nous continuâmes donc notre périple, mais sur la route , je me rendis compte d'une chose, de ma propre faiblesse. J'avais failli mourir plus d'une fois contre cette créature, et il me fallait une nouvelle garantie en terme de puissance. J'allais donc voir Merlin, lui demandant :

«  Merlin... Apprend moi la magie ! »

Merlin ne put s'empêcher de lâcher un sourire. Depuis mon enfance, il rêvait de m'apprendre la magie, mais mon père était contre ce genre d'artifice, et que je vienne lui demander de moi-même l'emplissait de joie. Avec l'aide de Tamamo et des différents membres du groupe connaissant un peu la magie, nous apprîmes tous plus ou moins nos magies respectives, celle de nos cœurs que nous seuls pouvions faire .

Vous allez me demander quel genre de magie un roi comme moi pouvait avoir, et bien il semblait que j'avais un pouvoir d'une grande envergure. Je pouvais non seulement créer des armes a partir de rien, mais aussi faire venir et les bouger par la pensés celle que j'avais déjà. En fait, Merlin m'expliqua que c'était comme si tous ce qui m'appartenait était mis dans un grand sac et avait le devoir de sortir me défendre quand le moment était venu. Il ajouta que c'était une magie qui avait était perdue depuis longtemps, et que c'était bon pour moi de chercher des armes de plus en plus forte pour les ajouter dans ma collection. Sur la route, je me mis donc en quête d'armes de plus en plus belles , mais aussi des magiques.

Puis nous arrivâmes enfin à notre prochaine destination, les terres désolées. Nous étions encore assez loin du pays de Fiore, mais celle-ci était habitée par des démons, dotés d'une incroyable force d'après Tamamo, son peuple ayant déjà eu à avoir affaire à eux. Je trouvais cela très intéressant, je me demandais a quoi pouvaient bien ressembler des démons .

Il ne fallut pas longtemps a ma question pour avoir une réponse. En effet nous tombâmes par pur hasard sur le fameux groupe de démons. Celui-ci était nomade ; c'était véritablement un coup du destin de tomber dessus. Ce peuple était accueillant et il nous reçurent gentiment avec eux pour la nuit, nous laissant leur raconter nos histoires autour d'un feu et d'un bon repas. ceux-ci étaient tous intéressés, surtout deux d'entre eux en fait, le fils et la fille du chef de tribu. L'un était un démon assez imposant recouvert de piques,une peau mate, il se nommait Cuchulain. Quand à l'autre, elle n'avait rien a voir avec son frère, ni même avec le reste de sa tribu ; c'était  une jeune femme assez petite portant de long cheveux verts, elle était habillée d'un kimono elle aussi, et répondait au nom de Kyohime .

Nous passâmes une nuit avec eux, et au moment de repartir Cuchulain, m'interpella, me disant qu'il mourrait d'envie de me suivre, et que son père et sa tribu était d'accord. Mais qu'un démon ne pouvait suivre un simple humain surtout si il était plus faible que lui ; il me défia alors en duel à mains nues , je souriai doucement et acceptai sa proposition avec plaisir. Nous nous préparâmes tous les deux, et ce fut un long duel de force pure, celui-ci dura trois jours entiers avant de trouver un grand gagnant .. Moi...

Le démon était a bout de souffle au sol, mais souriait. Il allait pouvoir partir. Quand à moi je souffrais le martyre, ce démon était un incroyable amas de muscles. Ce duel avait été le plus dur de toute ma vie, j'avais cru que plus d'une fois mes os allaient se briser sous ses coups, mais j'avais tenu bon…

Je lui laissai deux heures pas une de plus pour ramener ses affaires. Nous l'attendîmes un peu à l'écart de sa tribu, et au bout des deux heures, nous les vîmes arriver, lui et sa sœur. Il nous demanda, en se mettant a genoux devant moi, si elle pouvait, elle aussi, nous rejoindre. J'acceptai volontiers, faisant rentrer encore deux personnes dans mon groupe .

Prochain arrêt le port, celui qui allait nous permettre de rendre sur Fiore. Kyohime nous expliqua qu'elle était un peu une paria pour les démons ; en effet, elle était née avec une magie de lumière, ce qui était assez contradictoire  pour des démons. Toute sa tribu l'évitait sauf son grand frère, et c'était pour cela qu'elle ne voulais pas être séparée de lui. Nous étions donc en train de nous diriger vers le port avec mon groupe, qui ressemblait à ce moment  plus a une petite armée qu'à un petit groupe discret maintenant. Cette troupe représentait tous les souvenirs de ma vie, de ce que j'avais accompli avec eux .

Après quelques jours de marche, nous arrivâmes enfin au port.  Nous nous arrêtâmes à une taverne pour la nuit. Puis le lendemain matin, nous prîmes le premier bateau qui nous amènerait sur Fiore. Cependant, celui-ci devait faire escale sur une petite île juste à côté, du nom d'Hybrid's land .

Le bateau était donc en route pour cette petite île, nous parlions entre nous, j'aimais voir mon groupe se souder entre eux, voir qu'ils arrivaient à discuter, à rire ensemble, à pleurer aussi, j'étais heureux avec eux.

Notre bateau fit escale sur Hybrid's land, le capitaine nous demanda de ne pas trop nous éloigner, car il repartait dans moins de quatre heures.  Nous décidâmes de nous balader non loin du bateau en attendant. Une fois les réapprovisionnement fait, le propriétaire du bateau nous appela, et nous quittâmes donc ainsi les terres d'Hybrid's land.

Nous étions enfin a deux doigt d'arriver sur Fiore, mais soudain Mashu et Atalante trouvèrent quelque chose dans la cale, ou plutôt quelqu'un : une hybride, une femme encore, de longs cheveux violets un corps plus que généreux, et surtout on aurait dit un oiseau. Celle si nous supplia de la laisser nous suivre , elle s'appelait Gorgone et voulait fuir cette île depuis longtemps. Elle avait profité que le bateau soit vide pour grimper dessus. Je soupirai et décidai qu'elle pourrait nous suivre. Je n'étais plus à une personne près, même si elle était de loin celle dont je me méfiais le plus dans le groupe .

Après quelques jours de route maritime nous pûmes enfin apercevoir les terres de Fiore, pays de la magie. tout le groupe admirait cette vue, qui annonçait enfin la fin de notre voyage. Mais il fut de court durée .

A peine avions nous posé le pieds sur cette terre que nous voulions voir, que nous fûmes arrêtés par les gardes runiques, défenseurs du peuple de Fiore. Quelque chose me chiffonnait, comment pouvaient-ils être au courant de notre arrivée ?

Ils nous emmenèrent et nous séparèrent au siège du conseil magique. Chacun fut interrogé de son côté, moi j'étais dans une zone au fin fond de leurs cellules. Contrairement aux autres j'étais attaché et isolé. Je n'en pouvais plus, cela faisait deux jours que je n'avais pas mangé, quand soudain deux personne vinrent me voir.

Il me demandèrent ce que j'étais venu faire en Fiore et je leur expliquai tout. il m'expliquèrent aussi qu'il savaient tout de moi, d'où je venais, ce que j'avais fait. Leurs renseignements étaient trop précis, et cela ils le devaient à elle, la jeune femme qui les accompagnait, une très belle jeune femme, la peau mate de long cheveux soyeux. Elle était l'un des membres du conseil magique, ceux qui faisait régner l'ordre dans leur pays. Et c'est a ce moment-là qu'il me proposèrent leur offre .

Sachant ce que j'avais fait tout le long de ma vie, il me proposèrent un poste  dans leur fameux conseil. En même temps un roi qui avait réussi à réunir plus de vingt pays en un seul ça en jette pas mal, puis je n'étais pas idiot, je savais très bien que c'était aussi pour me tenir à l'oeil. Avant de leur répondre je leur demandai une entrevue avec mon groupe.

Nous nous retrouvâmes donc tous dans une salle, où je leur expliquai ce qu'il m'avaient fait et leur proposition. Nous échangeâmes deux heures ensemble à peser le pour et le contre, et je finis par accepter leur offre. Cela allait me donner un bon nombre d'avantages. Je n'insistai que sur une chose, le fait que tout mes camarades soit dans un groupe sous mon commandement, ce qu'ils acceptèrent sans broncher étrangement…

La jeune femme me briefa sur leur pays, leurs coutumes, mais aussi ce que je devais faire. J'étais globalement libre, je devais surtout répondre à leurs appels et venir aux différentes réunions qu'ils organisaient. Et surtout faire régner la justice dans ce pays, tout comme dans le mien.

C'était d'ailleurs pour cela qu'il m'avaient attraper au final du moins en apparence, j'ignorais leurs réels objectifs, mais me voilà  avec mon nom sur l'un des siège du conseil, et surtout me voilà enfin arrivé dans ce pays que je convoitais tant. La route fut longue, on ne peut dire que tout s'était passé comme prévu, mais j'étais enfin arrivé, dans ce pays dont Merlin me racontait les louanges, le pays de mes rêves ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rang D GH
P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
avatar
Messages : 48
Date d'inscription : 29/09/2014
Age : 24

Personnage
Magie/Armes:
Rp en cours:
0/0  (0/0)
Expériences:
35/450  (35/450)
Mer 1 Nov - 19:31

Et voilà pour toi, pour compléter ta fiche et prétendre à un rang plus élevé, le test rp que tu devras relever mon petit Gil ! :3


Test rp pour Gil 7 jours pour 7 amis : raconter une semaine ou chaque jour Gil se retrouve seul avec un de ses camarades. Il doit y avoir au minimum une journée sans la moindre bataille, une journée avec une bataille importante. Le but étant de montrer comment Gil sait écouter et rassembler ses camarades.


:heaven:


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 09/09/2017

Personnage
Magie/Armes:
Rp en cours:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Ven 3 Nov - 12:16

Jour 1 :




Ces convocations à répétition me fatiguer, je commencer a en avoir marre qu’il me fasse venir ici et là pour savoir s'il pouvait me faire confiance, je pense que cela fatigué toute l’équipe. Une semaine venait de s’écouler depuis que nous avions foulé les terres de Fiore, et le conseil magique avait enfin décidé de m’intégrer dans leur rang, du moins sous surveillance pour le moment ...

Nous étions donc le lendemain de tous ça, premier jour où je pouvais enfin me balader un peut tranquillement, ils nous avaient prêté un petit endroit fort sympathique pour que l’on puisse dormir moi et mon équipe. Je me baladais donc dans cet endroit, visitant par ci par la, il n’y avait absolument personne dans la maison, du moins c’est ce que je croyais jusqu’à tomber nez à nez avec Jeanne, je me demandais ou il était tous partis, sûrement se promener. Je salué d’un geste de la main la jeune femme, celle si était habiller de manière assez simple, un pantalon noir et une chemise blanche, ça lui allait bien, elle s’inclina devant moi puis me demanda si j’avais passé une bonne nuit. Je lui souriais lui demandant à son tour si elle avait bien dormi, elle m’expliqua donc doucement qu’elle avait que très mal dormit et qu’elle ne se sentais pas encore très à l’aise ici. Pour le coup j’arrivais très bien a la comprendre vu que moi aussi, mon sommeil avait était des plus légers. La jeune femme m’adressa un sourire chaleureux et me demanda tendrement :

« Je vais aller faire un tour au marcher en ville ... Vous voulez venir avec moi ? Cela vous changera peut-être un peut les idées... ?»

Je clignais des yeux, j’étais comment dire assez surpris, c’était bien la première fois que Jeanne me demander ce genre de service, je lui souriais à mon tour et lui répondit d’un ton très calme :


« Sa marche, attend moi dehors, je vais me changer »

Je retourner donc dans ma chambre pour me vêtir d’une tenue de ville, le genre de tenue que je m’étais a Babylon, puis je me dirigeais vers la sortie, je lançais un regard à Jeanne celle si m’attendait assis contre une petite barrière, un panier a la main, nous, nous sourions chaqu’un notre tour puis nous nous dirigions vers le marché le plus proche, sur le chemin nous nous parlions de tout et de rien, jusqu’au moment où je lui dis :


« Dit moi Jeanne, que penses tu de ce pays ? Et surtout du fait que je rentre dans leur conseil ?»

Elle lâcha un léger soupire et se mit a regarder en l’air pour réfléchir avant de me répondre :

« Vous savez Gilgamesh, vous avez fait tellement pour nous qu’il serais mal vue de notre part de vous reprocher quoi que se sois sur votre décision, elle doit gêner certaines personnes certes ... Mais ce n’est qu’une question de temps avec qu’il ne l’accepte tous ... En tout cas moi, je vous suivrais quoi qu’il arrive et serait toujours à vos côtés !»

Ce sont ses quelques mots m’avait toucher au plus profond de mon être, savoir que quelqu’un pouvait autant me faire confiance et surtout aveuglément, nous faisions donc un petit tour de marché, achetant de la nourriture pour tout le monde, nous avions acheter viande, poisson et autre condiment, de quoi faire littéralement un vrai festin à leur retour, une fois c’est course faite nous continuons de parler de tout et de rien, puis une fois rentrer à la maison, Jeanne se dirigea à la cuisine pour préparer le repas, je m’approchai doucement d’elle lui disant :

« Attends-je ne vais pas te laisser cuisiner seule, je vais t’aider !»

Jeanne me regarda d’un air très éttonée, elle ne devais pas s’attendre a ce que je l’aide, nous cuisinions donc tous les deux, tout en riant, le temps avancer n'a grand pas et notre petite équipe commençait a rentrer un par un, les premiers fut Scatach et Enkidu , suivait de prêt par Merlin et Mashu , ainsi de suite ...

L’heure du repas arriva enfin est tout le monde était autour de la table en riant, tout le monde ? Non, il manquait deux personnes à la table, Jack et Cu chulain ...
Nous commencions le repas sans eux, en espérant qu’il arriverait, mais rien ne faisait, il n’était toujours pas là ...

Il était déjà assez tard, nous étions tous autour du feu en train d’écouter les différentes histoires de Merlin, il ne lui fallu pas longtemps pour aller se renseigner sur ce pays a celui la , je me mis à bâiller de tout mon être puis me leva de ma chaise, leur disant que j’allais me coucher, Jeanne se leva aussi disant qu’elle allait faire de même.

Nous nous dirigeons vers notre chambre respective, je posai ma main sur la poignée et lui lança un dernier regard avant d’ouvrir la porte et lui dit :


« Dors Bien Jeanne »

La jeune femme souriait et inclina la tête pour me répondre, puis elle disparue dans sa chambre. Je rentrai à mon tour dans ma chambre et fermait la porte à clef avant de me jeter dans mon lit épuisé, j’essayais de m’endormir, mais impossible de fermer les yeux, je m’inquiétais énormément pour Jack et Cu chulain , qui était restait dehors ... Finalement Morphé, eue raison de moi me prenant dans une douce étreinte finissant par m’endormir ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 09/09/2017

Personnage
Magie/Armes:
Rp en cours:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Dim 12 Nov - 13:35

Jour 2 :

Je me réveillais cette fois beaucoup plus tôt que le jour précédent, le soleil n’était pas encore lever, la pénombre quant à elle danser encore laissant un air inquiétant dehors, je me levais et me dirigeais doucement vers la chambre des différents absent, mais rien à faire, aucune trace de Cuchulain ou même de Jack ...

Je m’habillais en vitesse enfilant ma tenue de ville habituelle est partit a la recherche de Jack, ce n’était encore qu’une enfant et qui sais ce qui aurait pu lui arriver dans cette ville, j’enfilais donc mes bottes et partit à sa recherche dans la ville, le jour commencer a se lever, les habitants de la ville commencer à ce lever et à remplir les ruelles de la ville. Je demandais à chaque personne que je croisais s'il n’avait pas vu une petite fille au cheveu blanc avec une cicatrice a l’œil , bon sang une petite fille comme ça ne devait pas être courant ! Je devrais la trouver rapidement pourtant. Le temps passé et mon inquiétude pour elle ne faisait qu’augmenter, cela faisait bientôt six heures que j’étais à sa recherche, ayant fouillé la moindre auberge sur mon chemin, demandant a la moindre personne, heureusement pour moi, je croisai enfin une bande de bambins qui l’avait sois disant croiser hier dans l’après-midi, il m’expliquait qu’elle était en train de se diriger vers l’église de la ville. Ni une, ni deux, je me précipitai à celle si , j’ouvris les portes avec un certain fracas. L’ambiance dans cette église était des plus inquiétantes.

Je fouillais donc le moindre recoin ou elle aurais pu se cacher, remarquant finalement un escalier cacher vers le fond de la pièce, peut être qu’elle était partis se réfugier le haut, je n’avais pas vraiment le temps de demander une autorisation ou je ne sais quoi d’autre, je monter donc les escaliers d’un pas inquiet.

Je me retrouverais donc au niveau du clocher, je pouvais voir les cloches de l’église, mais aucune trace de Jack... Je lâchais un soupire et décida de monter à l’étage supérieur, celui la même nous emmener sur le toit de l’église, je n’y croyais pas vraiment, mais elle avait peut-être décidé de passer la nuit le haut, je monter les marches puis ouvrit la trappe qui menait au toit.

J’ouvris grand mes yeux, elle était la en train de dormir sur le toit comme un petit chat qu’on aurait abandonné, je m’approchais doucement d’elle et la regarder, a priori elle n’avait rien. Je lâchais un léger soupir de soulagement et glissai ma main sur sa joue puis dans ses cheveux la réveillant doucement :


« Je me suis inquiété Jack ... Pourquoi n’es-tu pas rentré ?»

La jeune fille me regarda avec son air endormi avant de chuchoter d’un ton bas :

« Papa ... C’est toi ? Comment ma, tu trouver ?»

Je lui expliquais toute l’histoire, que je la cherchais depuis le matin et que des enfants m’avait dit ou la trouver, elle afficha une mine boudeuse et me dit :

« Je n’ai pas envie de rentrer ! Je n’aime pas cette ville ! Et puis la rougeâtre va encore m’embêter !»

Je rigolé et m’asseia a coter d’elle admirant la vue, j’avais bien compris de qui elle parlait. C’est vrai que scatach n’était pas des plus tendres avec elle, je regardais la vue magnifique qui était devant nous, les habitant se promener insoucieusement dans la ville puis je dis à Jack :

« On sera bien ici fait moi confiance, cette ville me rappelle un peut ma ville natale »

Soudain, le sourire que j’arborais se disloqua peut, a, peut , étais je en train de devenir nostalgique , est que Babylon me manquer ? Certainement ...

Jack ressentait la nostalgie qui était en train de m’envahir, elle se leva, dépoussiéra légèrement ses habits avant de sauter sur mon dos et de m’enlacer, enroulant ses bras autour de mon cou :

« Qu’importe l’endroit même s'il ne me plaît pas ... Je resterais avec toi Papa !»

Je souriais et me relevais doucement tenant ses jambes pour pas qu’elle ne tombe puis me dirigea vers la sortie lui disant que l’on rentrer, Jack se serrer contre moi, on aurait vraiment pu croire un père et sa fille en voyant, cette scène. Je rentrais donc doucement avec Jack sur le dos, la jeune fille n’avait vraiment pas eu une vie des plus facile et la voir comme ça avec moi me réchauffer le Coeur, le soleil commençait déjà à ce coucher. J’avais finalement cherché la jeune fille toute la journée. Nous longions donc une rue déserte quand soudain Jack me demande :

« Dit Papa ... Tu me montreras un jour, ta ville natale ...?»

J’étais assez étonnez que Jack veuille en savoir autant sur Babylon, je souriais et lui répondit en riant :

« Bien sûr ! Je te montrerais des coins que personne ne connaît !»

Jack sourit une dernière fois avant de se blottir contre mon dos, elle se mit à bâiller et dit d’un ton très bas :

« Merci... Papa...»

Je n’avais pas très bien entendu ce qu’elle disait, mais je pouvais facilement le deviner, j’arborais un léger sourie du coin des lèvres avant de la ramener à la maison ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 09/09/2017

Personnage
Magie/Armes:
Rp en cours:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Dim 12 Nov - 19:59

Jour 3 :


Contrairement aux autres jours , j’étais beaucoup moins matinale, il devait être aux alentours de dix heures, encore une fois personne pour me saluer à mon réveil, il devait être drôlement occupé en même temps, depuis qu’on est arrivé ici,j’ai l’impression de n’en voir plus aucun, je me dirigeais vers le salon quand je vis une jeune fille aux cheveux bleu turquoise orner de corne, pas de doute le dessus sa ne pouvait être que Kiyohime. Je m’approchais doucement d’elle en me frottant les yeux et en baillant :

« Salut Kiyo chan »

Celle si tourné la tête de surprise, elle devait certainement croire qu’il n’y avait personne dans la maison, elle avait les yeux rouges et enfler comme si elle pleurait depuis des heures, elle sanglotait tout en essayant de me dire :

« Bon... Bonjour gil...»

On pouvait entendre des reniflements, je m’asseyais à coter d’elle lui demandant ce qu’il lui arriver, elle m’expliquer qu’elle avait enfin retrouver la trace de son crétin de frère. Mais que celui si ne voulait pas la suivre, elle me regardait les larmes aux yeux :

« Gil ... Je t’en supplie ... Ramène le a la maison ...»

Je me levais et lui frotter doucement sa tignasse turquoise et lui dit d’un ton protecteur et souriant :


« Évidemment que je vais le ramener ton frère »

Je remontais me préparer , puis partis de la maison seul en direction de la taverne ou Cu chulain c’était isoler , Kiyohime n’avait pas voulu m’accompagner ,en effet , elle devait certainement se douter de comment aller se passer , il ne me fallut pas vraiment longtemps pour aller jusqu’à cette fameuse taverne . Peut-être une petite demi-heure de marche ? Quoi qu’il en soit, je me retrouver devant la taverne. Je me retrousser les manches et rentra d’un pas déterminé dans cette taverne, il n’y avait personne mise a part le barman a son comptoir et Cu chulain a une table en train de boire. Je m’approchais de lui, lui attrapant le col :

« Tu comptes boire aussi comme un poireau toute ta vie ? Tu fais pleurer ta sœur espèce de crétin »

Il détourné le regard ne daignant même pas me répondre, je serrer les dents et finit par lui coller mon poing dans sa figure, le projetant de son siège.

« Réponds moi espèce d’abruti !»

Cu chulain , se releva et se mit a lâcher un crachat de sang sur le sol puis il me fonça dessus tête la première, me projetant hors de la taverne, je venais littéralement de voler de plusieurs mètres en dehors de la taverne, je regarder le ciel pendant quelques secondes avant de me relève et de m’essuyer la joue.

« S'il faut que je te tabasse pour que tu rentres, je vais pe me gêner ...»

Il lâcha un sourire et daigna enfin me répondre :

« Enfin, je vais pouvoir reprendre ma vengeance sur notre dernier combat !»

Nous étions tous les deux dehors et nous commencions a nous battre sans pour autant utiliser notre magie, juste nos poings, nous nous frappions sans aucune retenue, faisant saigner l’autre, nous reprenions notre souffle quelques instants quand soudain, il me mit à crier ;

« Pourquoi ?!? Pourquoi tu fais tout ça pour eux, pour nous ? Tu ne nous connais même pas ! Tu nous dois rien que je sache !?!»

Je pris de l’élan pendant sa parole avant de lui décrocher une belle droite, droit dans la mâchoire le mettant ainsi ko, je me mis à cracher de nouveau du sang sur le sol avant de lui dire :

« Depuis quand un roi a besoin d’une raison pour protéger ses sujets ?»

Je l’attrapais par le pied et le tire jusqu’à la maison ... Ainsi s’acheva ma troisième journée dans cette ville ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 09/09/2017

Personnage
Magie/Armes:
Rp en cours:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Dim 12 Nov - 20:40

Jour 4 :


Je souffrais le martyre après ce que Cu chulain m’avait mis le jour d’avant ... Mais aujourd’hui était un jour spécial, malgré mes différentes courbatures et bleu sur le corps. Aujourd’hui je devais partir en mission et j’avais choisi d’y aller avec Enkidu .

Sa fait longtemps que je n’avais pas était seul avec lui , on allait pouvoir un peut parler de tous ça , aujourd’hui la mission était simple , patrouiller dans la ville , une mission des plus simple . Une fois ma tenue mise, je sortais de la maison, Enkidu m’attendait juste devant et il me lancer un sourire me demandant :


« Alors qu’est que l’on doit faire aujourd’hui Gil ?»

Je lui souriais en retour et lui expliquait que nous devions patrouiller les différentes rues du centre-ville, voir si quelque chose d’étrange se passer ou autres. À peine eue je le temps de finir le topo de la mission que nous étions déjà en route pour le centre de la ville, je regardais le ciel et lui demanda :

« Dit moi Enkidu ... Tu te plais ici ?»

Il regarda autour de lui et soupira avant de me répondre, tandis que le vent voler dans ses cheveux :

« Le climat est agréable ici, mais ... Ce n’est pas notre chère cité ici »

Je l’écoutai attentivement et finalement nous arrivions au centre-ville, ou nous commencions a tourner de rue en rue, j’étais prêt à lui parler au moment ou nous étions témoin d’un vol à la tire, un voleur assez jeune a première vus qui venait de voler le sac d’une jeune femme avec son enfant, Enkidu et moi nous mettions a courir pour le rattraper, soudain Enkidu se mit a jeter ses chaînes sur lui, le saucisson comme de la viande.

Le voleur était arrêté et le sac rendu a sa propriétaire, tout était bien qui finissait bien pour la jeune femme. Pour le coup .... Il ne c’était rien passer d’autre de la journée et celle si commençait à se finir le soleil commençant lentement a se coucher.

Nous décidions de faire une pause et d’aller manger quelque chose sur place avant de finir, Enkidu me regarda droit dans les yeux avant de me demander :


« Dit moi Gil ... Tu n’as pas oublié Babylon n’est pas ? Tu ne comptes pas rester toute ta vie ici ? À obéir à des gens qui n’ont aucun droit de te commander !»

Je voyais le regard d’Enkidu me pénétrer, comme s'il attendait une réponse franche de ma part, je lâchais un soupire et lui répondit droit dans les yeux :

« Tu sais Enkidu .. C’est le devoir d’un roi que d’aider ceux dans le besoin ... Et ils ont besoin de nous ici, je ne sais pas combien de temps ça durera, mais je te promets qu’une fois notre travail ici fini ... Nous rentrerons à Babylon»

Enkidu lâché un soupire, il ne pouvait que constater la sincérité dans mes paroles, il se leva et me dit d’un ton un peut agacer :


« Et bien, on te suivra quoi qu’il arrive de toute façon ... On ne peut pas te laisser seul qui sais ce que tu pourrais faire seul ici »

Je lui souriais et me levai à mon tour et lui dit :


« Et bien je te remercies de ta bienveillance mon très cher Enkidu»

Je m’approchais de la jeune femme et lui paya ce que l’on venait de manger, puis une fois notre journée terminée, nous nous dirigions tranquillement vers la maison. Finissant ainsi une nouvelle journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 09/09/2017

Personnage
Magie/Armes:
Rp en cours:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Dim 12 Nov - 21:21

Jour 5 :


Encore un nouveau jour qui allait se dérouler, aujourd’hui rien de spécial, je n’avais ni courbature, je ne ressentais même plus la douleur du combat contre Cu chulain . Je me levais de mon lit et commençai par un petit étirement dans ma chambre avant cette fois, contrairement aux autres jours d’enfiler mon armure, aujourd’hui était une journée plus intensive que les autres, nous devions trouver un groupe de mage noir et détruire leur campement ainsi que capturer, c’est dit membres.

Enfin, une mission a notre hauteur, pour cette mission, j’avais besoin de quelqu’un de confiance sur qui je pourrais laisser ma vie entre ses mains. Scatach était la personne tout destiné pour ça. Je devais rejoindre Scatach sur place, en effet elle devais partir en reconnaissance, j’allais donc jusqu’au lieu de rendez-vous, il se situait a peut prêt à une heure de la ville en transport en commun.

Une fois la route de faite , je venais enfin de retrouver la jeune pourpre . celle si attendait contre un arbre en train de manger , je m’approcher d’elle et lui demanda :


« Alors Scatach , qu’elles sont les nouvelles ?»

Elle glissait une main dans ses cheveux et me montera une carte qu’elle avait dessiné elle-même me montrant ainsi les lieux :


« Alors ils sont en tout sept dans la grotte a quinze minutes a pied d’ici, il y a deux endroits où ils peuvent partir, l’entrée et une issue de secours qui se trouvent au-dessus de la montagne ... Si on prend chaqu’un une entrée, on les aura »

J’acquiesçais ce que scatach me disait d’un mouvement de tête puis nous nous dirigeons chaqu’un a notre poste , elle se charger de l’entrée tandis que moi, je montais en haut de la motagne , une fois arriver à ma place ,je lançai une lance en l’air dans sa direction lui faisant ainsi comprendre que j’étais pret , je vis au loin Scatach s’élançait dans la bataille .

Je pouvais entendre les cris de différentes personnes, visiblement elle n’y allait pas de main morte, j’entendais des bruit venir prêt de moi. Surement des gens qui ont réussi à s’enfuir malgré l’attaque de Scatach.

Mais malheureusement pour eux, au moment où il sortit leur tête de leur cachette, tel des rats dans leur terrier, j’étais devant eux prêt a les recevoir, des lames volant dans le ciel les pointant sur eux, je leur dis d’un ton narquois :


« Et bat alors ? On essaye de s’enfuir ?»

Ils étaient deux, l’un essaya de tenter sa chance et de prendre ses jambes à son coup mes il n’eu le temps de faire quelques pas avant que six épées viennent le planter évitant bien sûr de le tuer, voyant comment avait finit son collègue le deuxième décida de lever les bras pour se rendre.

Nous rassemblions les différents mages et prîmes soin de bien les attacher, ils étaient bien sept, je regardais Scatach et décida de taper dans sa main pour la féliciter :


« Très beau travail Scatach, tu es vraiment la meilleure !»

Les joues de celle si s’empourpra légèrement et elle s’approcha de moi déposant un baiser sur ma joue :

« Beau travail ... Gil...»

Je posais ma main sur ma joue et la frottai un peut étonner de sa réaction, puis finalement, je souris repartant avec elle, pour ramener les mages au conseil.

Pendant le temps de la route nous parlions de comment elle se sentait ici, elle me répondait très clairement :

« Tant que tu seras la, je ne pourrais qu’aller bien ...»

Elle se mettait à rougir sous ses propres paroles et accéléra le pas à une vitesse folle, ce qui me fit rire :


« Et attend moi !»

Oui, je revoyais clairement les scènes de notre enfance où je lui courrais après, mais nous avions bien grandit depuis ce jour ... Une fois les mages déposés à bon port, nous décidions donc de manger dehors rien que tout les deux pour finir ce jour ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 09/09/2017

Personnage
Magie/Armes:
Rp en cours:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Lun 13 Nov - 12:10

Jour 6 :

Aujourd’hui, le réveil était de plus ... fou ... Ce faire viré de son lit par un barbu roux qui rigole de toutes ses tripes . Voilà le genre de réveil auquel j’avais le droit. Je m’étais donc retrouvé sur le sol, emmêlé entre mes draps et mon matelas, mes cheveux en bataille. Je clignais des yeux lentement comme pour comprendre ce qu’il venait de m’arriver, jusqu’au moment ou Iskandar posa son pied sur le matelas comme pour me maintenir au sol :

« Ah Ah Ah ! Alors Gilgamesh ? C’est pas parcequ’on est arriver à destination que tu vas échapper à l’entraînement ! Allez viens dehors me montrer de qu’elle bois, tu te chauffes ! Je te laisse cinq minutes pour te préparer !»

Soudain, il partit aussi vite qu’il était arrivé, faisant trembler la maison a chaqu’un de ses pas ... Je vous le dis cet homme n'est pas humain, au mieux il pourrait être un géant. Je me dépêchais donc de me préparer, je savais très bien qu’Iskandar détestait que l’on ne soit pas ponctuel, je décidais de rester juste en tenue de ville après tout ce n’était qu’un entraînement...

Je me retrouvais donc enfin dans le jardin, Iskandar était devant moi, les bras croiser, riant encore à pleines dents . Décidément, cet homme pouvait être fatiguant des fois avec sa positive attitude a toute épreuve, je me déplaçais jusqu’aux épées en bois et commença a lui en donner une avant qu’il m’interrompt :


« Tatatata ! Tu ne penses pas que tu as passé l’âge de t’entraîner avec, ces cure-dents ?»

Ni une, ni deux, il dégaina son épée et me fit signe de venir :

« Allez viens mon petit, viens me montrer tes progrès »

Je joignais mes mains l’une contre l’autre, disant une phrase incompréhensible a ses oreilles, puis je fis sortir une belle lame de ma main, lui ? Il riait encore, ont aurait presque cru qu’il ne me prenait pas au sérieux, je me mis à lui foncer dessus essayant directement de placer un coup d’épée dans ses côtes. Coup qu’il bloqua sans aucun problème tout en riant, je continuer de lui donner différents coups a différents endroit :

« Alors Gilgamesh ? La belle vie ici est en train de te faire perdre tes capacités ? Tu avais un bien meilleur niveau quand on était encore à Babylon !»

Il profita de mon inattention pour me faire une croche pâte, je tombai dos le premier au sol et me retrouvais très vite avec une lame sous la gorge, il sourit tout en me disant :


« Hé hé, le premier round est pour moi !»

Il recula de quelques pas, me laissant me relever. J’essuyais ma joue et me relève péniblement, puis me remis très vite en position de garde. Malgré sa corpulence, j’avais oublié à quel point le vieux pouvait être rapide et souple. Cela commencer à m’enrager la façon avec laquelle il me parlait, je n’avais sûrement pas perdu tant que ça de mon niveau d’antan, je levai mon épée bien haut dans le ciel et prit un coup mon inspiration. Iskandar quant à lui souris :

« Oh ? Tu veux ressayer cette technique contre moi ? Mais c’est moi qui te l’ai enseigner, tu crois vraiment qu’elle va marcher ?»

Je fermais doucement les yeux avant de les ouvrir d’un net mouvement me ruant sur lui telle une ombre, le but était de lui asséner sept coups tout en passant sa garde, il m’avait appris cette technique il y a déjà de cela bien longtemps ...

Je le voyais devant moi prêt à bloquer, il bloqua les deux premier coup de la technique sans trop de difficulté puis commença a flancher sur les autres coups jusqu’à finalement laisser le septième coup, passait à travers sa garde, laissant ainsi le tranchant de ma lame passer au niveau de ses côtés, par chance pour lui son armure avait su retenir le coup. Je me retrouvais donc derrière lui reprenant mon souffle quand il se mit à rire aux éclats :


« Et bas voilà quand tu veux mon petit !»

Il s’approcha de moi et me mit une bonne claque bien ressenti dans le dos, ce qui me fit perdre mon équilibre :

« N’oublie jamais de t’entraîner quotidiennement pour ne pas perdre la forme !»

Il rengaina son épée et commença à partir, mais juste avant ça, je me mis à lui crier :


« Merci pour l’entraînement Iskandar ! J’espère que tu m’en donneras d’autre à l’avenir !»

Cette phrase était lourde de sens aussi bien pour lui que pour moi, j’étais très clairement en train de lui demander s'il comptait rester avec moi. Il souriait d’un sourire carnassier avant de lever son pouce en l’air :


« Évidemment, toi et les autres aviez encore énormément de chose à apprendre. Et il n'est pas dit que je laisse mes petits protégés seul dans ce pays !»

Je le regardais partir le sourire aux lèvres, il avait tout de la figure paternel que je me faisais quand j’étais enfant, je le regardais partir et finis par m’allonger sur le sol pour reprendre mon souffle et mes forces. Finissant ainsi ma journée allonger dans l’herbe ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 09/09/2017

Personnage
Magie/Armes:
Rp en cours:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Lun 13 Nov - 12:53

Jour 7 et Dernier Jour :


Cela faisais maintenant une semaine que j’étais arrivé dans ce beau pays. Aujourd’hui était le grand jour, je devais retourner au siège du conseil magique pour avoir leur réponse. Je décidais de partir assez tôt de la maison, au moment ou je franchis le pallier de la porte Merlin était déjà devant la porte à m’attendre. J’avais oublié que je lui avais demandé de venir avec moi pour ça.

Nous faisions le trajet ensemble quand je me mis à lui demander :


« Dit Merlin ... Tu penses que je fais le bon choix ?»

Il me répondit du tac au tac :

« Oui Gil ... Tu as un grand cœur et tout le monde te suit pour ça, tu es un grand roi et tu feras un très grand représentant de la magie dans ce pays »

Merlin savait toujours comment me redonner le sourire ou tout simplement confiance en moi, enfaîte, je me demande si tous ça serais arriver s'il n’avait pas était la, il a toujours était là pour moi comme un peut ... Un ange gardien ?

Il ma surveiller quand j’étais petit, ma appris à lire, à écrire. Chose que mon propre père avait décidé de mettre de côté. J’étais complètement plongé dans mes pensers que je n’avais même pas remarqué que j’étais déjà arrivé devant le siège du conseil, je lançais un dernier regard à Merlin et lui souris, malheureusement, il n’avait pas encore le droit de rentrer dans le siège du moins tant que je n’étais pas encore dans leur rang, il s’approcha de moi et plongea sa main dans mes cheveux tout en me disant :

« Courage jeune Gilgamesh, tu as encore un tas de choses à accomplir et ceci n’est que le commencement. Le commencement d’une personne que les dieux eux même trembleront en entendant son nom »

Il recula et me souriait me faisant ainsi comprendre qu’il m’attendrait devant le bâtiment, je pénétrer donc dans le siège du conseil, les différents mages et garde me regarder d’un assez mauvais œil. J’étais sûrement encore mal vue a leurs yeux, l’un des gardes me surveilla du regard tandis que je devais en suivre un autre.

J’avais déjà vu mieux comme accueil, ils m’emmenèrent devant une salle quand l’un d’eux me dit :


« Rentre »

Je rentrer dans la salle me mettant au beau milieu de celle si , quand soudain des projecteurs se mit à me viser m’éblouissant, mes yeux n’arrive vraiment pas à voir, je pouvais voir des silhouette au loin, je n’arrivai a reconnaître qu’une seule personne. La jeune femme au teint mate que j’avais déjà croisé précédemment. Je lâchais un léger soupir et essayai de les regarder du mieux que je pouvais leur disant :

« Alors ... Conseil magique de Fiore ? Qu’elle est votre décision ?»

Il n’était pas nécessaire que j’en dise plus, nous savions tous pourquoi nous étions ici ce jour la, nous étions là pour savoir si oui ou non, j’allais avoir un siège à leur table. La jeune femme toussota et se leva puis me regarda avant de dire :

" Gilgamesh, le conseil et moi-même avons délibéré et nous allons te faire part de notre décision ..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Un Roi Parmis Ses Sujet ! [ En Cours ]

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Sangria le nomade[En cours et en correction][Elvir]
» Cours de LLCE Anglais
» La santé au cours de l'Histoire : Révélations inattendues
» Inscription Cours n°1 - [1ère année ; 5ème année]
» [Finie] Envoi vers les participants en cours.

Sauter vers:
Top-partenaire
-->>CSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActif