Top-partenaire
YasashiValoranMyHeroAcadémiaRWBY RPGCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActif
Bienvenue !
Bienvenue dans l'univers de Fairy Tail !





 

Des Rencontres Hasardeuses ? (Rp Libre Venait Comme Vous Etes !)

P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
avatar
Invité
Jeu 12 Avr - 16:00

Edité
Revenir en haut Aller en bas
Rang C FT
P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
avatar
Messages : 86
Date d'inscription : 06/01/2017

Personnage
Magie/Armes:
Rp en cours:
2/3  (2/3)
Expériences:
76/800  (76/800)
Ven 13 Avr - 1:58

Les nuits dans les alentours du temple Meijio sont agréables, aucune lumière venant bloquer les scintillements des étoiles, ce qui permet de constater la lueur de ces astres dans un fond noir. Tels les cristaux se trouvant dans les profondeurs des grottes, les étoiles me permettent de récolter différentes herbes pendant que Morphée borde les songes des dormeurs.

J’ai établi mon petit campement de fortune il y a plusieurs jours, m’éloigner de la guilde me permet de souvent prendre l’air et surtout éviter de devoir esquiver les meubles qui volent. Je crois que la dernière fois, les deux dragonnets ont certainement voulu se viser l’un l’autre lors de leur jet de divers objets, mais cela n’empêche pas que je me suis pris je ne sais combien d’objet dans la tête. J’avais beau être à la table entre les deux, il est pourtant assez difficile de ne pas me remarquer dans la guilde.

Ma récolte commence doucement et l’air est assez doux, mon manteau n’est guère utile, il risque même de me gêner pour la récolte. Je prends une serpe que j’ai récemment trouvée dans une échoppe de botanique ainsi qu’un sac vide que je fais passer autour de ma taille. Je quitte ma petite base afin de passer dans les prairies environnantes.

Je me baisse assez souvent afin de pouvoir observer les plantes, discerner celles que je cherche de celle qui ne m’est pas utile pour le moment. Mes pas traversent les prairies environnantes en large et en travers, mais rien n’y fait, ce que je cherche n’est pas ici. Je décide de retourner à mon bivouac afin de manger un peu de viande séchée ainsi que des fruits autant juteux que la viande.

Ce qui est bien quand on sait faire ce genre de provision, c’est que l’on n’est jamais à court si on est assez prévoyant et j’avoue que la viande de bison séchée fait partie de mes petits péchés, donc j’en fais beaucoup plus. J’avais d’ailleurs essayé d’en faire goûter à la guilde, mais je me suis ravisé quant à mon arrivée, j’ai vu divers membres engloutir des kilos de viandes. Je ne pense pas que mes morceaux de viandes séchées auraient pu rivaliser avec la cuisine de la guilde.

Je m’allonge dans mon sac de couchage afin de regarder le ciel, mes yeux se portent sur les différentes constellations avant de fermer les yeux. Il faut croire que l’étreinte de Morphée est une des seules qui m’emportent aussi aisément.

C’est avec les grognements d’un animal que je me réveille, mon regard se porte vers la provenance du bruit avant même d’ouvrir les yeux et une fois que cela est fait. Je peux voir un petit renard gratter et mordiller mon sac. Je ricane doucement avant de me lever lentement puis je m’étire, ce qui fait fuir le petit animal.

Je m’approche du fameux sac afin d’en sortir un morceau de viande que je jette doucement vers l’animal, ce dernier prend le temps d’analyser ce que je viens de lancer avant de partir avec entre les crocs. Je referme mon sac avant de rapatrier mes affaires. Je ne compte pas rester plus longtemps dans le coin, je reviendrais un autre jour.

Je rassemble le tout avant de les ranger dans les trois sacs que j’avais pris, mon manteau et mes lunettes sont également rangés avec le reste. Je redescends de mon petit coin afin de rejoindre le temple Meijio. La petite marche a tout de même duré plusieurs heures, ce qui me fait d’ailleurs penser que ce qui est proche pour moi, doit être éloigné pour les autres.

Le temple est ce qu’il est, je n’ai rien à redire tant qu’on n’essaye pas de faire entendre à mes oreilles diverses choses.

Sauf que, le petit détail que j’avais oublié, c’est que mon manteau étant dans mon sac, ma marque de guilde était visible, ce qui me rend assez mal à l’aise en soi et oui, car j’ai beau être une fée, je ne pense pas vraiment pouvoir les représenter du mieux possible.

C’est en continuant ma marche que j’entends un moine parler d’un membre de ma guilde qu’il aurait aperçu. Je ne prête pas plus attention à cette information et je reprend mon chemin. Je marche, encore et toujours, je fais attention aux différents dénivelés ainsi que racine d’arbre pouvant poser problème, j’aimerais éviter de me blesser.

Je croise des bancs durant mon parcours, les arbres cachant la lumière du soleil et les bruits environnants doivent être reposants.

J’aperçois quelqu’un sur un banc et j’avoue que je ne peux m’empêcher de rire en voyant la touffe rose. Je me doute de la personne qui est certainement endormie. Plus mes pas s’approchent du banc occupé, plus mes soupçons se confirment. Je croise les bras en souriant. Je me demande si l’allumette saura me reconnaître étant donné qu’il ne m’a jamais vu sans mon manteau et mes lunettes.


-Yo l'allumette, ça va?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rang D I
P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
avatar
Messages : 253
Date d'inscription : 06/10/2014
Age : 24

Personnage
Magie/Armes:
Rp en cours:
0/0  (0/0)
Expériences:
550/450  (550/450)
Lun 16 Avr - 17:07

Sylphia, Sylphia...Quand elle s'y mettait, elle était capable de provoquer des ravages, c'est ce qu'elle faillit faire aux abords d'un petit village. J'étais partie explorer les endroits culturels avec elle afin de prendre l'air, cette fois je n'avais oublié d'informer Gilgamesh de notre départ. Il parut déçu de ne pas venir avec nous, son boulot de conseiller lui occupait tout son temps, les hautes responsabilités devaient l'éreinter. Je tiens tout de même à lui offrir mon plus beau sourire en le lui promettant au moins une centaine de fois de faire attention, quand j'évoquais le fait qu'il était surprotecteur avec moi. Pas que cela ne me dérangeait pas, bien au contraire je profitais de l'affection qu'il me procurait. Nous saluâmes tous nos compagnons avant de s'élancer dans les contrées fleuris de Fiore, moi sur le dos de la bête géante

Aidées d'une carte donnée par Scathach, nous bifurquâmes selon le trajet que j'avais convenu pour s'instruire sur l'Histoire de ce peuple et ses traditions. La plupart de ces lieux ressemblaient à de gigantesques bâtiments construis en hauteur et aux toits triangulaires, les gens appelaient cela des "temples"; drôle de nom. Dans mon village natal, nous avions prions les divinités dans une hutte bien spécial ou y avait érigé un autel, nous avions l'habitude de laisser des offrandes alimentaires. Le processus pour faire effectuer une prière était si différent, nous devions nous recueillir devant une énorme clochette que nous devions faire sonner afin que les dieux nous entendent en plus des présents. Ils étaient très gâtés en attention.

Pour l'heure nous n'étions pas les seuls touristes dès l'aube à admirer la beauté des lieux, encerclés d'un jardin resplendissant de vie végétale, le plus surprenant étant que ces fameux demeures étaient nichés pour la plupart sur des collines ou des montagnes. Exténues par la nuit agitée que nous venions de vivre, Sylphia avait fait l'un de ses cauchemars traumatisants, elle s'était éveillée paniquer, cela lui arrivait de temps à autre. Elle s'était alors déchainée sur les arbres aux alentours, hurlant à la mort, ce qui me réveilla à mon tour en sursaut. Je dus user de nombreux stratagèmes dans le but de calmer ses frayeurs et lui rappelait qu'elle se trouvait en sécurité. Je finis par utiliser ma "magie" selon les dires de Merlin, je savais moduler les émotions et les humeurs si je me concentrais sur ma voix. Ma maitrise était loin d'être parfaite notamment contre un Trico de 5 mètres de hauteur affolé, j'ai du approximativement m'y rependre à six fois avant de parvenir à l'apaiser.

Le reste de la nuit, je décidai de la surveiller d'un œil blottit contre son pelage aux fins qu'elle ressente ma présence et ainsi qu'elle soit rassurée. Je ne dormis que quelques heures qui me parurent interminables. Au crépuscule, je sortis ma meilleure amie de son sommeil contente qu'elle se soit reposée au maximum. D'une mine cernée, je lui exposais notre prochaine destination: Le temple Meijio. Elle nous y emmena à grande enjambée, nous croisâmes des personnes effarées d'apercevoir un tel animal en liberté mais nous n'arrêtions pas malgré certaines paroles déplacées.

Nous atteignîmes en trente minute le monument, il fallut grimper sur plusieurs kilomètres. Exténuée, je me plaquais contre la groupe de Sylphia, dans des circonstances plus décontractées, j'insistais pour marcher à ses cotés. Tandis que mes paupières s'alourdissaient à l'encontre de ma volonté, mon amie se mit à renifler en relevant la tête comme si elle sentait une odeur bien singulière qui lui chatouillait le museau. Sans que je puisse la ralentir, elle se mit à courir en plein milieu de la grimpette, je fus obligée de agripper fermement à ces poils, m'empêchant de me rompre le cou en chutant négligemment de l'animal.

Soudain, elle se stoppa de façon nette, à tel point que je manquais de par-dessus bord. Je m'installai de nouveau convenablement à califourchon sur son dos pendant que Sylphia ne se gêna pas pour flairer les cheveux roses d'un jeune garçon endormi sur un banc. Quelle chance il possédait à cet instant, je le jalousais presque. Je caressai la tête de Sylphia en lui reprochant d'une voix douce, alors qu'elle continuait son manège comme curieuse:

- Voyons Sylphia, ce n'est pas poli d'embêter les gens quand ils dorment. Ne le réveille surtout pas!

La concernée émit un ronronnement à mes caresses transformées en grattouilles, tactiques pour l'amadouer mais elle était têtue. Je soupirais face à tant d'obstination, j'espérais que le garçon n'était pas de ces personnes à s'offusquer et nous crachait au visage. Déjà j'avais peur de sa réaction lorsqu'il ouvrirait les yeux sur la tête d'un animal poilu, la vision n'était pas des plus anodines. Mon regard embarrassé et désolée sauta de passant en passant, râlant que nous bouchions le passage et le paysage, je remarquais alors un autre garçon à la chevelure ébène portant plusieurs sacs comme un mulet.

- Excusez-nous pour l'interruption.



Cadeaux :3:
 

Merci Azu-chou ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
avatar
Invité
Lun 23 Avr - 14:57

Edité


Dernière édition par Natsu Dragnir le Lun 23 Avr - 19:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rang C FT
P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
avatar
Messages : 86
Date d'inscription : 06/01/2017

Personnage
Magie/Armes:
Rp en cours:
2/3  (2/3)
Expériences:
76/800  (76/800)
Lun 23 Avr - 17:13

Quelques secondes passent et un animal sort de nul part avant de s’approcher de la salamandre, j’avoue que l’idée de le voir être mâchouillé par cette bestiole peut être amusante, surtout quand on sait à quel point il peut être ingérable quand il se bat avec Grey. Celle qui semble dompter l’animal a, si j’ai bien vu, faillit passer par-dessus sa monture lorsque cette dernière se stoppa net.

L’interaction entre la maîtresse et l’animal est commune, une petite réprimande pour l’action, d’ailleurs la demoiselle donne le nom de son ami. La créature m’interpelle tout de même, je ne pense pas être certain de l’espèce, mais j’avais déjà lu des descriptions de cet animal dans un des livres que j’ai étudiés, les informations certaines étaient minces, limite, ce n’était que pure spéculation autour d’une créature cryptide, la manticore.

Natsu se réveille et comme à ce que l’on peut attendre venant de sa part, il ne se rend pas vraiment compte de ce qui l’entoure. Je me demande tout de même quel aurait été sa réaction si Sylphia était devenu morceau de viande cuite, mais je ne le saurais jamais.

La fée sort de son état second avant de parler, il ne me reconnaît pas et je ne peux lui en vouloir. Je soupire en le voyant agir comme un enfant envers l’animal et ma main vient d’elle-même se poser sur mon visage. Je me tourne vers la femme en retirant ma main.

-Il n’y a pas de mal.

Je tend mon bras vers le dragonnet pour le pointer du doigt.

-Je vous présente Natsu Dragneel de Fairy Tail, un de nos fleurons en ce qui concerne la destruction de ville après Erza et peut être Grey. Quant à moi, je suis Antras Jenkins, aussi de Fairy Tail, mais disons que je n’opère pas vraiment de la même manière.


Mes pas s’approchent de l’animal afin de doucement caresser le poil du cou de cette dernière. Il est effectivement et en palpant du bout des doigts vers le haut du torse de l’animal, j’arrive à peu près à sentir une ossature s’approchant de celle des canidés.

Je reviens vers la salamandre puis je regarde doucement les yeux de l’animal.

-Excusez moi, mais pouvez m’indiquer quel créature est votre monture et où l’avez vous trouver?

Je regarde Natsu avant de lui faire signe de se lever, il pourrait au moins saluer la demoiselle de manière polie.

Mes bras se croisent quand je tourne autour de l’animal afin de l’étudier visuellement, des ailes sur un corps comme celui-ci? Après tout, pourquoi pas. Des hybrides existent en étant nés de la science de certain humain, un gros chien avec des ailes, ce n’est guère étonnant venant de mère nature.

Mon inspection de l’animal se termine en faisant le tour, je fais tout de même attention à ne pas lui écraser la queue puis je finis vers sa maîtresse, je lui tends la main en souriant.

-Voulez vous de l’aide pour descendre jeune demoiselle? Je pense que nous somme partis pour faire connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Des Rencontres Hasardeuses ? (Rp Libre Venait Comme Vous Etes !)

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Philosophie : vous etes tous convié à participer ...
» vous etes trop fatigant ( duchene)
» Une jeune fille comme vous ne devrait pas fréquenter de tels endroits... (Aelia Pertinax & Lucius Pompeius Publicola)
» “ MacDonald's™ : Venez comme vous êtes. ”[with Jade]
» Livre dont vous etes le heros [Pdf]

Sauter vers: